Accueil  >  L'Asso du Pays  >  Les commissions de travail  >  Axe social


Accompagner les populations en difficulté :
Synthèse 05.06.2002
 

Cette commission a poursuivi deux objectifs majeurs.

D’une part, faciliter le contact, la rencontre, la mise en relation des personnes en difficultés et des organismes d’accompagnement.
Mais cette démarche doit se faire dans le respect de la liberté de l’autre qui accepte – parce qu’il le désire – ou qui refuse « un accompagnement ». Celui-ci ne peut-être forcé.
C’est pourquoi la commission a mis l’accent sur l’information et la communication de l’offre que proposent les associations.
Le premier but à atteindre est que chacun puisse dire : « Je sais où m’adresser, à quelle porte frapper, à qui téléphoner. »
Alors chacun décide ce qu’il désire faire. Cette vision est capitale. Elle élimine un assistanat bon enfant, même généreux. Elle milite pour des hommes et des femmes qui prennent en main leur vie et la conduisent.

D’autre part, la commission insiste – non pas parce qu’aujourd’hui le vent porteur est à la performance – sur la qualité de l’offre de service.
Cette qualité du service s’inscrit dans un double cadre : à la fois celui du respect de la personne en difficulté et en même temps celui du « bien-être » de l’accompagnant, souvent bénévole, parfois dépassé ou désemparé par la complexité des situations rencontrées.
Il faut donner aux associations les moyens de leurs compétences. Plus celles-ci offriront des services de qualité, précis et exacts dans leur formulation et généreux dans leur proposition, meilleur sera le service rendu à l’usager, celui qui en « aura usage ».

Dans cette mise en perspective sur le Grand Bergeracois, la commission a vu émerger deux obstacles à surmonter.

- D’abord être capable de répondre clairement à la question : qui sont les gens en difficulté ? De nombreux travaux existent sur cette question. Il faudra les reprendre et affirmer le constat. Inutile de re-composer une recherche, mais partons de l’existant !

- Ensuite savoir comment mettre en route où consolider une démarche de dynamisation, de « mutualisation » entre les associations. Des partenariats existent fort heureusement, mais nous ne sommes pas encore parvenus à une mutualisation des idées, des perspectives et des moyens.
Le constat naturel de l’homme sera toujours de passer du « chacun pour soi » au « chacun ensemble ». Mais réjouissons nous de ce que le vent souffle dans ce sens.

Enfin cette commission constate que les personnes en difficulté sont une question de société qui concerne chacun.
Ainsi l’axe social est étroitement lié aux deux autres, ne serait-ce qu’au niveau de l’emploi. Dans le Grand Bergeracois supprimons tous les emplois liés « au social », que restera t’il ?
Mais la tendance est souvent de lier l’économique aux entreprises seulement. Aujourd’hui le social se gère comme une entreprise.
La seule différence réside en ce que les « profits » sont toujours au bénéfice de l’usager en difficulté, afin qu’il retrouve une vie autonome, libre et désirable.

Cette commission a modestement siégé cinq fois, quelque peu perturbée par l’appel de M. REGNIER, son premier animateur, à d’autres fonctions.
Néanmoins, elle a rempli du mieux possible sa grille, utile pour la constitution de la Charte.

Il lui semble que l’essentiel est posé.
Mais deux choses demeurent :
• travailler et approfondir davantage ce qui est proposé
• savoir garder le cap et avancer avec progrès.

C’est la chance que je lui souhaite.

Bergerac le 07 juin 2002
M. JACQUEMOUD



Objectif majeur: faciliter le contact / la rencontre / la mise en relation des personnes en difficulté et des organismes d'accompagnement


Etaient présents le 5 juin: Mmes Geneviève AUDY, Marie-Paule BLANC, MM. François DANIES, Youenn HUON, Michel JACQUEMOUD, Jacques MALMOUSTIER, Jean MORELLET, Patrick PERRIN, Jacques SCHREYER; Etait excusé: M. Daniel LARRAUFIE
 

Orientations    Déclinaisons Types d'actions Transversalité Partenariat / Maîtrise d'Ouvrage possible? Locali-sation Hiérar-chisez votre orien-tation
Partir d'une connaissance bien fondée de l'existant et des possibilités de mise en réseau

 
- recenser les acteurs (vision claire de l'existant et des potentiels)

- mettre à disposition de tous en vue d'une mise en réseau possible (consultations réciproques) des associations
- mise en place d'une banque de données actualisée régulièrement (système de veille), en liaison avec un observatoire économique: un même lien et une même structure porteuse - en partenariat avec les acteurs économiques (articulations au niveau de l'emploi) - quels seront les maîtres d'ouvrages possibles pour conduire à terme les projets présentés? Le Grand Berge-racois dans son ensem-ble et dans sa spécifi-cité 1
             
Faire connaître l'offre de services des organismes existants
 
- appuyer les politiques de communication des organismes - méthode de travail pour la mise en place d'une politique de communication (amélioration, création) = site fédérateur - s'articuler en particulier avec la commission TIC " " 2
             
Mieux définir un soutien spécifique aux associations

 
- faciliter le fonctionnement administratif de l'association - mise à disposition d'un lieu ressource pour les assciations (mutualisations du secrétariat, matériel informatique, locaux …)        
- proposer un appui technique aux bénévoles et responsables d'association  - mise en place d'un conseiller à l'élaboration de projet - mise en place d'actions d'information et de formation s'articuler en particulier avec la commission Culture " " 3
             
Favoriser l'accès des personnes isolées aux services
 
- faciliter le déplacement des personnes isolées - taxis collectifs - Mieux accéder au territoire " " 4
- maintenir des services de proximité en milieu rural - visio-guichets - Favoriser le développement et l'usage des nouvelles technologies
- amener l'information au plus près des personnes -regroupement des services pubics
- "Point d'accueil" - Cellule de la Solidarité dans un endroit public (cf service public mutualisé)




 
             
Favoriser la création de lien social: éviter l'exclusion
 
- lutter contre "l'isolement intérieur" - maintenir des commerces de proximité, qui pourraient être aussi lieux ressources   " " 5




 

Retour à la page précédente