Accueil  >  L'Asso du Pays  >  Les commissions de travail  >  Axe environnemental


Préserver et gérer les espaces naturels  :
Synthèse 16.05.2002


Technicien PGB de la commission : Jean-Claude JURKOW
Animateur : Michel ROUSSEL
Rapporteur : Gérard LALLEMANT

Déroulement de la réunion

1) M. HUET fait remarquer que lors de la réunion précédente, l'ordre du jour n'a pas été respecté et que le sujet des chemins de randonnée a été abordé en son absence. M. HUET préside la CODEVER, qui regroupe 175 clubs de loisirs motorisés en Dordogne.
Il est prévu de revenir sur ce sujet lors de la prochaine réunion.

2) Intervention de M. LEFIEVRE (plus spécialement chargé au CRPF-Aquitaine de l'amélioration de la gestion des forêts privées) qui remet à la commission une étude sur "Les Forêts du Grand Bergeracois".

Il ressort de cette étude que :

- le territoire du PGB n'est pas homogène (taux de boisement: 34%, inférieure à la moyenne départementale, mais on note de très grandes disparités d'un canton à l'autre). En revanche, la répartition des types de peuplement est conforme à la moyenne départementale. On note également un gros déficit en jeunes chênes nobles. Les cantons du Sud et de l'Est du territoire, dont certains sont très peu boisés comme Eymet, Sigoulès, Issigeac..., offrent un terrain favorable au noyer à bois.

- la masse forestière principale correspond au massif du Landais.

- le morcellement des parcelles constitue un problème épineux pour une bonne gestion de la forêt...

Autres remarques :
- il faudra 10 à 15 ans pour effacer les outrages de la tempête de décembre 1999.
- les massifs du PGB sont assez facilement pénétrables, mais le réseau de voies est mal adapté aux travaux forestiers.
- la filière forêt-bois constitue le 2e pôle économique de la Dordogne avec 4 200 emplois.
Au plan national, le département est classé 4e pour la récolte de bois, 8e pour le sciage.
-M. LEFIEVRE aborde ensuite le sujet des chartes forestières de territoire - voir synthèse ci-après.

Une telle charte ne peut s'appliquer qu'à des sites bien précis et homogènes. Son élaboration est très longue, et doit faire intervenir tous les utilisateurs, sans exception.
Elle doit prioritairement prendre en compte tous les "facteurs limitants" : gestion et protection de la nature, travaux forestiers (exploitation, entretien...), tourisme, chasse...

M. LEFIEVRE suggère de s'inspirer des expériences de chartes forestières du Parc Naturel Régional Haut-Périgord-Limousin et du massif de la Bouriane, dans le Lot.

3) Interventions de MM. LACHAISE et PERPEROT, de la DDE (pôle environnement-aménagement de l'espace en Dordogne, habitat/urbanisme).

De ces exposés techniques sur les nouvelles procédures d'urbanisme et d'aménagement du territoire : loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains), SCOT (Schéma de COhérence Territoriale), PLU (Plan Local d'Urbanisme), cartes Communales, ressortent plusieurs mots-clés :

- développement urbain solidaire et durable,
- connotation environnementale importante,
- notion de déplacement,
- transparence et concertation, consultation...

- SCOT: harmonisation des politiques d'urbanisme, d'habitat, de développement économique, de déplacement et d'implantations commerciales - développement à 20 ans.
- PLU (qui remplacent les POS - Plans d'Occupation des Sols): concertation et participation des citoyens - cette procédure doit permettre de lutter contre le "mitage" des paysages et de clarifier certaines situations actuelles, développement à 10 ans.
- carte communale : définition des zones constructibles et naturelles pour les petites communes.

Il existe actuellement 100 PLU et 150 Cartes Communales en Dordogne, qui concernent 85% de la population.

- le rôle de l'État : informer sur les contraintes et les risques pour l'environnement - associer les habitants et collectivités à la consultation - garantir les principes d'organisation du territoire (équilibre développement/préservation des espaces naturels, maîtrise des déplacements, protection des paysages).

Fin de la réunion à 20h45.

M. COULAUD (CAUE), qui n'a pu intervenir que quelques minutes, sera présent lors de la prochaine réunion du 6 juin. Voir ci-après l'ordre du jour.


Synthèse

a/ Forêt.

- Le rôle du PGB : concertation entre les élus et les utilisateurs.

- La présence importante d'organismes forestiers sur le territoire est un avantage dont le PGB doit pouvoir tirer parti: la Maison Familiale et Rurale de La Force - à développer -, la Coopérative Régionale CAFSA de Villamblard, le GIASC de Mauzac, l'antenne du CRPF-Aquitaine et le "Groupement de développement du noyer à bois en Aquitaine" installés à Monbazillac.

- Charte forestière de territoire
Les expériences menées depuis longtemps (animation, personnalités concernées par la protection de la nature, la forêt, le tourisme rural, la chasse...) prédisposent le massif de la Bessède à la mise en place d'une charte forestière de territoire.
Le PGB peut être le maître d’œuvre d'une telle création.

b/ Urbanisme

- Le rôle du PGB: organiser les médiations, informer et communiquer sur les procédures, animer, diffuser les "portés à connaissance"...
- Le PGB doit être à l'initiative d'études générales d'aménagement de son territoire, études portant sur des espaces pertinents et cohérents - il faut éviter les surfaces trop vastes - selon des thématiques qui lui sont propres.


Ordre du jour de la prochaine réunion
jeudi 6 juin 2002 - 18h00 - Chambre des Métiers de Bergerac

1-Interventions prévues :

a- M. COULAUD (CAUE) s'est proposé de fournir à la commission des documents synthétiques portant, notamment, sur les paysages.
b- M. PERPEROT (DDE) complétera son exposé du 16 mai par la fourniture de tableaux synthétiques sur les nouveaux règlements d'urbanisme.

2-Chemins de randonnée : revenir sur ce sujet avec MM. HUET (CODEVER) et VEYSSI (GICN - société de chasse en Bessède).

3-Faire le point sur tout ce qui a été dit et débattu depuis la première réunion de la commission, afin de commencer "à cibler" les sujets essentiels qu'il conviendra de développer (les milieux, la problématique, les utilisateurs, les enjeux, les avis de la commission, les solutions proposées) lors de la rédaction de la charte.

Ce point, mis à l'ordre du jour des réunions des 4 avril et 16 mai, n'a pu être abordé. Il devient impératif de le faire !
 

 Retour à la page précédente