Accueil  >  L'Asso du Pays  >  Les commissions de travail  >  Axe environnemental


Préserver et gérer les espaces naturels  :
Synthèse 04.07.2002


ETAT DES LIEUX DES ESPACES NATURELS EN BERGERACOIS

Document validé par la commission en date du jeudi 4 juillet 2002
(en italique figurent les modifications apportées au document de la commission restreinte)
 

FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES MENACES
Des Espaces Naturels riches :

- par leur diversité : forêts rivières, milieux ouverts, zones humides, falaises, grottes…
- par la biodiversité :de chacun de ces espaces : nombreuses ZNIEFF, ENS…
- par la rareté de certaines espèces :Arrêté Préfectoral de biotope…
- par l’aspect paysager (sites classés et inscrits, ZPPAUP,…) : variété très marquée en Bergeracois et plus lisible qu’en Périgord Noir (Issigeacois, Béssède, vignoble, vallée et coteaux, Landais) avec un type de bâti correspondant. Ainsi chaque type de paysage est vecteur d’une identité forte et intègre un petit patrimoine rural important.


 
-fermeture de certains milieux ouverts : problèmes de déprise dans certains secteurs sensibles

-enrésinement systématique de certaines forêts

-exploitation d’essences d’arbres quelques fois inadaptés

-raréfaction des haies naturelles pour les zones céréalières et viticoles
-mesures agro-environnementales (CTE, certification…)

-sensibilisation actuelle des forestiers
-perte de la biodiversité par homogénéisation des systèmes (urbanisation, polyculture…)
-uniformisation du paysage forestier et lessivage des sols à surveiller
-peupliers
→  disparition des prairies humides
-impacts de la pêche et de la chasse sur la biodiversité à prévenir (introduction d’espèces d’élevage dans les milieux naturels
perte des souches génétiques sauvages, chasse de prédateurs naturels influant sur l’équilibre naturel…)
-utilisation de produits phytosanitaires (culture maraîchère, arboriculture…) néfaste à la faune (avifaune, entomofaune)
-mécanisation des grandes cultures quelquefois néfaste à la faune
-mitage urbain impliquant une consommation et un morcellement accentués de l’espace : enfrichement et non entretien des espaces (problèmes d’accès...)
-mauvaise intégration du bâti et de certains « outils » (bâches plastiques)
      -utilisation de bâches plastiques dans le domaine agricole
Des surfaces forestières importantes (massifs de la Béssède, de Liorac, Forêts du Landais…) avec des caractéristiques différentes et une biodiversité intéressante. -manque de connaissances sur l’histoire de ces milieux :: paysages, activités humaines, faune, flore…

-morcellement des parcelles 
-travail d’inventaire global (Sepanso, Société Botanique du Périgord…) sur les espèces animales et végétales
-animations de découvertes nature (Au Fil du Temps, Sepanso, Enfants du Pays de Beleyme…)
-réseau de DFCI qui se développe et réseau d’exploitation forestière
-sentiers de randonnées sur certains cantons
-acteurs locaux (GICN Béssède, GIASC…) prêts à mettre en place des actions favorables à une bonne gestion des espaces forestiers et à une concertation des utilisateurs (chasseurs, promeneurs, sylviculteurs…)
-projet de Charte de Territoire Forestier
-OGAF, CTE, Certification...
-difficulté de mise en place d’une gestion globale
-fermeture au public (propriétés privées, disparition des chemins communaux)
-vigilance en période de chasse
-impact des loisirs mécaniques sur les espaces naturels

 
Un réseau hydrographique conséquent (Dropt, Couze, Crempse, Louyre…) dont la rivière Dordogne comme élément majeur et d’intérêt communautaire -problème de restauration et d’entretien des berges (dû à un manque de clarté concernant les responsabilités)

 
-problème de la qualité de l’eau (surtout en aval de Lalinde)
-problème d’accessibilité aux berges
-pompage excessif (Dropt et Louyre notamment
 problème d’étiage
-méconnaissance et peu de valorisation du patrimoine lié à l’eau (lavoirs, sources, fontaines, résurgences, moulins, écluses…) 
-projet de Contrat de Rivière -surfréquentation de la rivière Dordogne (activités nautiques) en amont de Lalinde et problèmes de conflits d’usage
-éclusers (lâchers d’eau)
Des infrastructures routières peu développées ayant permis la préservation des Espaces Naturels et la qualité des paysages.
 
    -de nouvelles infrastructures (liaison à l’autoroute, déviation sud, est de Bergerac, voie de la vallée…) qui risquent de dégrader le paysage et l’environnement (pression foncière, périurbanisation, passage sur des ZNIEFF, ENS…)
-une périurbanisation importante dans la vallée et sur certains coteaux
  -perte des pratiques d’entretien liées à la déprise agricole    
  -fauchage des bas côtés faites en période de floraison d’espèces intéressantes (orchidées,…)
-utilisation de produits phytosanitaires
-sensibilisation à des nouvelles pratiques (diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires)  
  -décharges sauvages nombreuses
-implantation d’abris mal intégrés (idem pour les stations de pompage)
   

 

 Retour à la page précédente