Accueil  >  L'Asso du Pays  >  Les commissions de travail  >  Axe économique


Revitaliser l’industrie, l’artisanat, le commerce et les services :
Synthèse 14.01.2002
 

Ordre du jour

Présentation : tour de table

Composition du bureau de la commission
Président M. P JACQUINET
Vice-Président : M. R. KUPCIC
Rapporteur: Melle 1. ZANETTE Vice rapporteur: M. J.M. ARQUEY
Animateur Bertrand LACOMBE

Présentation du Pays du grand Bergeracois

* Les pays ont été crées en 1999 afin que les acteurs locaux participent à l'avenir de leur territoire.
Les départements existent. Les pays sont crées. ce sont les conseillers généraux qui sont à l'origine de la création des pays. Ceux ci sont calqués sur les contours départementaux. Revitaliser l'industrie, l'artisanat, le commerce et les services est une idée novatrice, c'est la concertation entre acteurs privés et acteurs publics.
Cette concertation va permettre d'écrire la charte de développement, celle ci prendra en compte les idées exprimées à travers les commissions.
159 communes participeront à l'écriture de cette charte qui représentera un document de contractualisation avec l'état.
La décision financière viendra du contrat de plan état région.

* Quels projets ? Quelles attentes ? Quelles idées ?
Le pays proposera l'idée qu'il aura au préalable validée, aux communes et aux communautés de communes.
Une sélection de projets sera exercée car tous ne pourront être financés.

* Faire un état des lieux
Quelle information et quel financement pour l'implantation de nouvelles entreprises. Problème de la main d'oeuvre et de sa qualification dans l'artisanat.
Quels moyens de revitalisation des entreprises déjà existantes ?
Des diagnostics seront faits par des cabinets d'études et les chambres consulaires.


Tour de table :
M. DEPLANQUES (association âge d'or) il faut faire l'inventaire de ce qui existe en Bergeracois et comment le revitaliser.

Mr DENICOUR (CGC ) : d'après l'étude du journal l'Entreprise du mois de Décembre 2001, Bergerac est la 7ème ville nationale qui accueille le mieux les entreprises.(cf document )

L'épine se situe au niveau de la qualification professionnelle.
Il ne faut pas oublier que le Bergeracois n'est fait que de petites entreprises.

M. LENAOUR (viticulteur ) : on manque de personnel, on manque de négoce en vins, il n'y a pas d'acheteur en France.
On manque d'outils permettant de commercialiser le vin.

M. MAUMONT (représentant le pays Foyen) : Bergerac ne se distingue pas tellement du pays Foyen.
Il ne faut pas perdre ce qui en fait son identité.
Revitaliser ce qui existe est essentiel, que se soit par le biais d'actions collectives ou individuelles.
Si le commerce est en difficulté c'est parce que l'on a laissé les grandes surfaces de développer d'une une manière inconsidérée.
Il faut savoir profiter de certaines structures (exemple du FISAC ) pour récupérer de l'argent sur le bénéfice des grandes surfaces.
Inadéquation de la formation professionnelle.

Mme DELPRAT (Garage automobile et nettoyage) : problème de la main d'oeuvre et de son manque de motivation.
Les commerces spécialisés ont du mal à trouver cette main d'oeuvre d'autant plus qu'on a beaucoup dévalorisé le travail manuel.

M. ROBERT (PTT) : il est nécessaire d'avoir une photo démographique et géographique de la situation.
Ce sont les politiques qui attaquent les services publics alors qu'il faut les développer surtout dans le milieu rural.

M. PRIGENT (restaurateur) : artisanat et commerce vont de pair, l'industrie est un peu indépendante.
La majorité du département est composée de petits commerçants et de petits artisans. Il faut préserver le savoir-faire.
Il y'a des campagnes à mener et notamment celle du poids des charges sur les petites entreprises.
Il faut cibler certaines filières et voir sur le plan économique celles qu'il est nécessaire de soutenir. (des filières de qualité )

M. TSIAKKAROS (CFDT) : On est sur un paradoxe : le Bergeracois a le taux de chomage le plus imprtant de la Dordogne et on constate une pénurie de nain d'oeuvre. Il n'y a pas d'adéquation entre l'emploi et la formation.
Pour attirer les jeunes il faut revaloriser les métiers nais aujourd'hui qu'offre t'on à ces jeunes en ternes de salaire, perspective et revalorisation de leur profession ? Comment fait on pour revaloriser les métiers ?
Comment fait on pour que le service Public soit facile d'accès et notamment qu'il soit de proximité rurale ?
Mme LACHAUD (district Cadouin) : les services se développant dans les campagnes vont créer des emplois.

M. KUPCIC (Menuisier ) : 3 mots : emploi - service public - savoir-faire On est pour le service public dans les petites communes

M. SZLOVIK (artisan) : le pays Bergeracois doit se situer aujourd'hui en europe, c'est l'Euro.
Les entreprises ne pourront subsister que si le service public existe dans les petites communes.

Mr DANOUR : Pour qu'une entreprise vive il faut : des clients, des financements, des hommes et des femmes pour travailler.
Il ne faut pas négliger l'essor de la vallée de l'autoroute.

Melle ZANETTE (présidente association de commerçants ) : Afin de revaloriser et de dynamiser le commerce de proximité il faut lutter contre l'installation déraisonnable de grandes surfaces commerciales.
Il est nécessaire de repenser la configuration des centres (amener à des centres piétonniers et développer un stationnement périphérique ) et d'appeler à l'implantation d'activités nouvelles(artisanat dans les villes )

M. ARQUEY (CGT ) Il faut mettre l'accent sur la formation continue, sur la modernisation de l'outil de travail, et sur le maintien du service public.
Le développement du Bergeracois passe par une commission du Bien être. Maintien des commerces de proximité.
Il faudrait essayer de transformer ce que l'on produit localement et favoriser certaines filières qui existent déjà.

M. BEYNE (PME ) il faudrait s'intéresser au domaine de l'agro alimentaire, aider les entreprises, sauvegarder celles qui existent et alléger les formalités administratives.

M. JACQUINET (UPA ) s'exprime en ce qui concerne plus particulièrement l'artisanat : il y'a des entreprises artisanales qui démarrent avec 2 personnes et qui deviennent des PME. Il est nécessaire d'aider à ce que les entreprises se développent.

Présentation au cours de la réunion d'Alain BRETTES
 

Retour à la page précédente