Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Las valors de la societat de Cortesiá

 Las valors de la societat de Cortesiá

 


Las valors de la societat de Cortesiá
en pays d’Òc als sègles XIIen e XIIIen


Vaquí un jòiel, pichon per la dimension (62 paginas en 12 X 17,5), mas grandàs per son contengut.
Es per nosautres tots, Perigordins e Lemosins que demoram dins aquela Tèrra d’Òc, entre Aups e Atlantic, entre Pirenèus e Massiu Central, e ont un art d’escriure, lo trobar, nasquèt vèrs 1100 a la cort de Peitieus, del duc d’Aquitània, Guilhèm IX, primièr dels trobadors coneguts, creator del « novèl chant », novèl, solide, per çò que sèm a la prima e que la vita tòrna, mas tanben novèl per la lenga utilisada, l’occitan, novèl per la musica mirgalhada à l’aflat gregorian, popular e andalós, novèl per la celebracion de l’amor pagan e de la dòmna, una vertadièra revolucion.
Dins aquel terraire d’Òc, una societat se farga d’ideals que la bòtan al primièr plan ; son nom es : Cortesiá. Se subrepassa en cercant a los tocar ; se revòlta e resista quand son atacats. Tot aquò s’apieja suls tèxtes de l’Edat Mejana.
Dins aquel libreton, s’i definís Cortesiá e Fin’amor e tot çò que las faguèt espelir : larguesa, prètz, mercé, paratge, convivéncia. L’autor ne’n parla simplament mas amb tot lo seriós scientific necessari. Tot es situat dins son contèxte istoric e social, dempuèi l’origina d’aquela societat del trobar fins a sa destruccion per la Crosada contra los Albigés.
L’autor, Miquèla Stenta, conferencièra e comediana dins de grops de musica medievala, a ensenhat la lenga e la cultura d’òc e signat, sola o amb d’autres, nombre d’obratges pedagogics o mai generalament sus la matièra occitana e suls trobadors.
Un pichon libre clar e competent, pels non especialistas, pels curioses. Un libre indispensable. Vos lo recomandi.
Joan-Claudi Dugros

Miquèla Stenta, Les valeurs de la société de Cortesiá en pays d’Oc au XIIe et XIIIe siècles, Las edicions dau chamin de sent Jaume, 2011, 62 paginas, (10 euròs mai 1 eurò de mandadís).

Vos cal legir tanben, editat per lo CRDP de Montpelhièr en partenariat amb lo CIRDOC : LARGUESA, Un art du don dans l’Occitanie médiévale, 87 paginas, amb 16 reproduccions d’enluminaduras en quadricromia grand format, illustrat de calligrafias de citacions. (10 euròs mai 1,75 euròs de mandadís)
L’estudi, en francés, a partir dels grands tèxtes del sègle XIIIen, presenta una sintèsi d’una de las valors de la societat occitana, demest las mai atestadas : « Larguesa », un ideal de vita sociala mas tanben morala e amorosa, que es un art de vivre, de soscar e d’agir.



Les valeurs de la société de Cortesia
en pays d’Oc au XIIe et XIIIe siècles

Voici un petit bijou, petit par la dimension (62 pages en 12 X 17,5), mais immense par son contenu.
Il nous concerne, nous, Périgourdins et Limousins qui sommes dans cette Occitanie, territoire qui va des Alpes à l’Océan Atlantique, des Pyrénées au-delà du Massif Central, et où un art d’écrire, le trobar, naît vers 1100 à la cour de Poitiers, chez le duc d’Aquitaine, Guilhèm IX, premier des troubadours connus, qui évoque lui-même « lo novèl chant », nouveau certes, parce que c’est le printemps et que la vie reprend, mais aussi nouveau par la langue qu’il utilise, l’occitan, nouveau par la musique mâtinée d’influences grégorienne, populaire et andalouse, nouveau par la célébration de l’amour profane et de la dòmna (« la dame »), une révolution.
Dans cette Occitanie, une société s’invente des idéaux qui la tirent vers l’avant ; ils portent un nom : Cortesia (la traduction française « courtoisie », n’est pas satisfaisante, comme la plupart des mots occitans cités plus bas). Elle se sublime en cherchant à les atteindre ; elle s’insurge et résiste quand ils sont attaqués – c’est en tout cas ce que montrent les textes contemporains.
Dans ce petit livre, on définit Cortesia et Fin’amor et tout ce qui les rendit possibles : larguesa, prètz, mercé, paratge, convivéncia. Et on en parle simplement mais avec le sérieux scientifique voulu. Tout y est remis en son contexte historique et social, de l’origine de cette société du trobar à sa destruction par la Croisade contre les Albigeois.
L’auteur, Miquèla Stenta, conférencière et comédienne au sein d’ensembles de musique médiévale, a enseigné la langue et la culture occitanes et signé, seule ou avec d’autres, nombre d’ouvrages pédagogiques ou plus généralement sur la matière occitane et sur les troubadours.
Ce petit livre (en français), s’adresse aux non spécialistes, aux curieux tout simplement. Un livre indispensable. Je vous le recommande.
Jean-Claude Dugros

Miquèla Stenta, Les valeurs de la société de Cortesia en pays d’Oc au XIIe et XIIIe siècles, Las edicions dau chamin de sent Jaume, 2011, 62 pages, 10 euros + 1 euro de frais de port

On peut lire également, édité par le CRDP de Montpellier en partenariat avec le CIRDOC : LARGUESA, Un art du don dans l’Occitanie médiévale, 87 paginas, avec 16 reproductions d’enluminures en quadrichromie grand format, illustré de calligraphies de citations (10 euros + 1,75 euros de frais de port).
L’étude, en français, s’appuyant sur les grands textes du XIIIe siècle, présente une synthèse d’une des valeurs de la société occitane, parmi les plus attestées : « Larguesa », un idéal de vie sociale mais aussi morale et amoureuse, qui est un art de vivre, de penser et d’agir.


Joan-Claudi Dugros
 

 
 

Retorn a la pagina d'acuèlh Occitan