Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Et ego…Les Amis de la Poésie, Bergerac

 Et ego…Les Amis de la Poésie, Bergerac

 


Lire et écouter le poème L'arair del cèl (L'araire du ciel)


Bernard Lesfargues, Et ego…Les Amis de la Poésie, Bergerac, Collection Le Poémier de Plein Vent, n° 139, édition hors commerce, 2012.

Vos cal pas cercar Arcadia dins sabi pas quela region de Grècia. Non ! Arcadia, l'avètz pas luènh de Brageirac, dins un vilatjòt del campèstre. Aquí, demòra un pastor que viu, coconejat per sa familha, mai que mai per sa femna, mas tanben per sos amics, que mancan pas una ocasion de li rendre visita (per çò que sap recebre). E el, per los remerciar, de temps en temps, lor fach present de poèmas, sos poèmas a el. Atal, ven d'espelir (normal, sèm a la debuta de la prima) un pichon recuèlh, tot pichonet, 31 paginas de format 21 X 14,5, dins la colleccion Le Poèmier de Plein vent (polit titol, non?), que baileja amb afògament e competéncia Annie Delpérier. Òc, pichonet mas talament ric. Comença en francés : J'entendais ronronner le grenier, le feu grignoter une souche et l'horloge éraillée récitait l'heure. / J'étais heureux. / Les oiseaux, par dizaines, suscitaient l'aube.(Aube, p. 3)
Puèi l'occitan arriba… amb las gruas, laurairas del cèl : L'arair de las gruas / laura lo cèl/ Las gruas lauran lo cèl d'aqusta tèrra / onte doman van nàisser / las freulas las umilas flors / d'una prima timida.(L'arair del cèl, p. 8)
Quauques sovenirs de batèstas perdudas, un pauc d'amarum… l'amarum de las escarchòfas de Bretanha amb Souvenir de Kerjean. (p. 15).
Puèi un pauc de doçor, de tendresa : Te rapelas lo mainatge que s'endormiá / dins un lièit claus de cortinas / amb lors carreus rotges e blancs, / que s'endormiá nonmàs quora parpalhejava / la freula flama de la bogia, / que s'endormiá… (Fin de vesprada en ivern, p. 26).
Encara ? Aquí n'avètz : Los aubres, tot ennaut, encara Os esclaira / la lutz d'un solelh que declina. / L'ombra ganha lo prat, / ganha lo vielh bornat de mon pepin (Aquí, p. 28).
E çaquelà, coma una sansònha ponhenta, la Mòrt, la Mòrt totjorn presenta, ineluctabla : Détresse, p. 18-19, Un enterrement, p. 21, Rosèlas, p. 30 : Rosèlas, digatz a ma gent que trigarai pas, / que lèu vau lor donar la carn e la sang / que lor devi, que lèu seran tan resplendentas / coma lors sòrs de Catalonha aimada.
E belcòp d'autres poèmas que vos cal descobrir. Lo recuèlh es fòra comèrci. Rason de mai per vos lo procurar.

Les Amis de la Poésie, Chartreuse de Pécharmant, 1925, Chemin du Hameau 24100 Bergerac.
Tél./Fax : 05 53 57 52 50 
adresse mail : anniedelperier@orange.fr 


Ne cherchez pas l'Arcadie dans je ne sais quelle région de Grèce. Non ! L'Arcadie, vous l'avez, pas loin de Bergerac, dans un petit village, à la campagne. Là, demeure un berger qui vit, choyé par sa famille, surtout par sa femme, mais aussi par ses amics, qui ne manquent pas une occasion de lui rendre visite (parce qu'il sait recevoir). Et lui, pour les remercier, de temps en temps, il leur fait cadeau de poèmes, ses poèmes à lui. C'est ainsi que vient d'éclore (normal, nous sommes au début du printemps) un petit recueil, 31 pages de format 21 X 14,5, dans la collection Le Poèmier de Plein vent (joli titre, pas vrai ?), que dirige avec enthousiasme et compétence Annie Delpérier. Oui, petit, mais tellement riche. Cela commence en français : J'entendais ronronner le grenier, le feu grignoter une souche et l'horloge éraillée récitait l'heure. / J'étais heureux. / Les oiseaux, par dizaines, suscitaient l'aube.(Aube, p. 3)
Puis c'est au tour de l'occitan… avec les grues, qui labourent le ciel : L'arair de las gruas / laura lo cèl. / Las gruas lauran lo cèl d'aquesta tèrra / onte doman van nàisser / las freulas, las umilas flors / d'una prima timida. (L'araire des grues / laboure le ciel. / Les grues labourent le ciel de cette terre / où demain vont naître / les frêles, les humbles fleurs / d'un timide printemps. (L'arair del cèl, p. 8).
Quelques souvenirs de batailles perdues, un peu d'amertume… l'amertume des artichauts de Bretagne avec Souvenir de Kerjean. (p. 15).
Puis retour a la douceur, à la tendresse : Te rapelas lo mainatge que s'endormiá / dins un lièit claus de cortinas / amb lors carreus rotges e blancs, / que s'endormiá nonmàs quora parpalhejava / la freula flama de la bogia, / que s'endormiá… (Te souviens-tu de l'enfant qui s'endormait / dans un lit clos de rideaux / à gros carreaux rouges et blancs, / qui s'endormait quand vacillait / la frêle flamme de la bougie, / qui s'endormait… (Fin de vesprada en ivern, p. 26).
Vous en voulez encore ? Voilà : Los aubres, tot ennaut, encara los esclaira / la lutz d'un solelh que declina. / L'ombra ganha lo prat, / ganha lo vielh bornat de mon pepin (Les arbres, à leur sommet, sont encore éclairés / par le soleil qui décline. / En haut du pré l'ombre gagne la ruche. (Aquí, p. 28).
Et cependant, comme une rengaine lancinante, la Mort, la Mort toujours présente, inéluctable : Détresse, p. 18-19, Un enterrement, p. 21, Rosèlas, p. 30 : Rosèlas, digatz a ma gent que trigarai pas, / que lèu vau lor donar la carn e la sang / que lor devi, que lèu seran tan resplendentas / coma lors sòrs de Catalonha aimada. (Coquelicots, dites-leur que je ne tarderai pas / à les rejoindre, que les fleurs sur leurs tombes, / sur ma tombe, bientôt seront aussi vives / que les coquelicots de la Catalogne.
Et de nombreux autres poèmes qu'il faut absolument découvrir. Le recueil est hors commerce. Raison de plus pour vous le procurer.

Les Amis de la Poésie, Chartreuse de Pécharmant, 1925, Chemin du Hameau 24100 Bergerac.
Tél./Fax : 05 53 57 52 50
adresse mail : anniedelperier@orange.fr 



Joan-Claudi Dugros
 

 
 

Retorn a la pagina d'acuèlh Occitan