Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Del temps que lo bestium parlavan. Pautut, lo filh de la veuva negra.

 Del temps que lo bestium parlavan. Pautut,
lo filh de la veuva negra.

Écouter le récit de Gérard Marty :

Player

Del temps que lo bestium parlavan.
Pautut, lo filh de la veuva negra.


La veuva negra es una aranha que viu
pus lèu dins los país cauds. Mas, dins
una cantonada del costat de La Ròca,
onte lo ròc es virat al levant, dins une
cròsa acialada de la bisa e del vent
plovial, vivián una veuva negra e son
filh Pautut.
Per bien dire, i aviá aquí un tropelon
d'aquelas aranhas negrodas e borrudas
mas degun pòt dire perqué èran
vengudas s'estujar dins aquel canton.
Tanlèu espelit, l'aranhon anava aicí alai
per veire coma èra lo monde. Tornava a
la croseta onte sa maire aviá teissut
una rantela bien fina. Las moscas e los
mosquilhs que volián se pausar sur la
peira caudeta s'embolhavan en
bronzinant dins la tela pegodisa. Las
doas aranhas trobavan ental pro
bestioletas per lo dejunar, lo disnar mai
un merendon per la talent de l'apresmiegjorn.
Deus uns còps, un gros forselon rossel
e negre cujava tot esbolhar mas lo fial
es solide e una fissada de l'aranha aviá
lèu paralizat lo bogre. La maire e lo filh
lo sucavan avant de gitar defòra la
calhòfa voida.
Vengut un pauc grandet, l'aranhon
damandèt a sa maire :
– Diga me mamà, coma quò se fai qu'ai
pas de papà ? Los autres petits coma io
tanpauc an pas de papà. E coma io,
sabon pas perqué...
– Mon filh, per io quò es un pauc
malaisat a t'explicar. Benlèu que te zo
dirai quand seràs pus grand. Tot çò que
pòdi te dire anuech, quò es de pas
t'aprochar de las aranhòtas e contunhar
a t'amusar amb los petits aranhons coma
tu.
Mas lo temps passèt e faguèt de
Pautut un masle petit mas bien
escarrabilhat.
Pautut pausava totjorn la mesma
question a sa maire.
D'auvir reficar son dròlle, un jorn, la
maire que ne'n podiá pus diguèt :
– Ton paire ... l'ai minjat lo ser de las
nòças ! Quò es coma aquò chas nos
autras e l'i podèm ren. Quò es per aquò
que te conselhi de pas te maridar se
vòles viure mai de temps.
Lo paubre Pautut sentiguèt la pèl se
revirar sus son esquina.
Del còp anguèt téissar una tela bien
plaçada davant una cabòrna onte de las
millassadas de moscas e de mosquilhs
venián s'abeurar. De que far Carnaval
cada matinada !
S'avisèt que pel costat, una 'ranhòta
aviá pausat una rantela plan graciosa.
Pensèt al conselh de sa maire e se
cunhèt al fons de son cròs. L'endoman
matin trobèt una brava mosca bien
grassa pausada sus sa rantela e vegèt
que sa vesina l'agaitava d'un uèlh
amistós. E tots los matins que seguèron
Pautut aguèt lo dejunar preste en se
levant e la vesina que l'espiava mai que
mai...
Un jorn de printemps, quand lo seren
ven doç coma lo mèl, a l'espèra sus sa
tela, Pautut soscava :
– La vita val-t-ela d'estre viscuda si
l'òm coneis pas l'amor ?
Un matin, Pautut s'avancèt sus la tela
de sa vesina. L'aranhòta lo recebèt en li
fasent mila gràcias. Quò es vrai qu'èra
bravilhòta la vesina, amb son corselet
de sòia lusenta e son davantal trijassat
de roge...
– Acabatz d'intrar, çò-ditz la vesina.
Dins la cambròta tot èra propilhon e
doceton.Trals fins ridèus, la lutz faguèt
parpalhejar los uèlhs de Pautut. Sus una
tauleta, una merenda èra prèsta.
Pautut passèt aquí una nuèit
meravelhosa.
Quand lo solelh se levèt, Pautut
s'esvelhèt e se diguèt qu'èra temps de
fugir. Mas desjà l'aranhòta l'embraçava
de sas pautas pialudas.
Sentiguèt una fissada pel copet, aguèt
lo temps de se pensar que quò valiá la
pena e se'n anèt al paradís de las aranhas.
L'aranhòta acabèt de minjar son nòvi
de la nueit e gitèt defora la cacaròta
qu'un vent folet emportèt dins la plana.
Qualquas setmanas pus tard espeliguèt
un tropèl d'aranhons que cadun
semblava Pautut coma doas gotas
d'aiga.
E n'i a que sabon pas enquera perqué
Adam cronhèt la poma...

De sègre.
Au temps où les bêtes parlaient.
Patou, le fils de la veuve noire.

La veuve noire est une araignée qui vit
plutôt dans les pays chauds. Mais dans
un endroit de la Roque, là où le rocher
est orienté au levant, dans un creux
abrité de la bise et des vents pluvieux,
vivaient une veuve noire et son fils
Patou.
À vrai dire, il y avait là une colonie de
ces araignées noiraudes et poilues mais
personne ne peut dire pourquoi elles
sont venues se cacher en ce lieu.
Sitôt né, le petit de l'araignée allait
ça et là pour voir comment était le
monde. Il revenait au trou où sa mère
avait tissé une fine toile. Les mouches et
les moustiques qui voulaient se poser
sur la pierre tiède s'empêtraient en
bourdonnant dans la toile poisseuse.
Ainsi les deux araignées avaient de
quoi déjeuner et dîner et même faire un
petit casse-croûte pour la faim de
l'après-midi.
Parfois un gros frelon jaune et noir
risquait de tout démolir, mais le fil est
solide et une piqûre avait tôt fait de
paralyser le bougre ! La mère et le fils
suçaient la proie avant de jeter dehors
l'enveloppe vide.
Devenu un peu grand, le Patou
demanda à sa mère :
– Dis-moi maman, comment se fait-il
que je n'ai pas de papa ? Les autres
jeunes n'en ont pas non plus et comme
moi, ils ne savent pas pourquoi.
– Mon fils, c'est pour moi un peu
difficile à t'expliquer. Peut-être que je
te le dirai quand tu seras plus grand.
Tout ce que je peux te dire aujourd'hui
c'est de ne pas fréquenter les jeunes
araignées et de continuer à jouer avec
les garçons comme toi.
Mais le temps passa et fit de Patou un
mâle petit mais dégourdi.
Patou posait toujours la même question
à sa mère.
Sa mère n'en pouvant plus d'entendre
son fils rabâcher la même chose, lui dit :
– Ton père... je l'ai mangé le soir des
noces ! C'est comme ça chez nous et
nous n'y pouvons rien. C'est pour cela
que je te conseille de ne pas te marier si
tu veux vivre plus longtemps.
Le pauvre Patou sentit la peau se
retourner sur son dos.
Du coup, il s'en alla tisser une toile
bien placée devant un trou où des
milliers de mouches et de moustiques
venaient boire. De quoi faire bombance
chaque matin.
Il remarqua à côté, une femelle qui
avait tendu une toile fort gracieuse. Il
pensa aux conseils de sa mère et s'enfila
au fond du trou. Le lendemain matin, il
trouva une mouche bien grasse posée
sur sa toile et vit que sa voisine le
regardait d'un œil plus qu'amical. Les
matins qui suivirent, Patou eut le
déjeuner tout prêt en se levant et la
voisine qui l'observait toujours...

Un jour de printemps, quand le soir
devient doux comme le miel, à l'affût
sur sa toile, Patou réfléchissait :
– La vie vaut-elle d'être vécue si l'on
ne connaît pas l'amour ?
Un matin, Patou s'avança sur la toile
de sa voisine. L'araignée le reçut en lui
faisant mille grâces. C'est vrai qu'elle
était belle, la voisine, avec son corselet
de soie luisante et son tablier aux belles
taches rouges...
– Finissez d'entrer, dit la voisine.
Dans la chambrette tout était propre
et doux. À travers les fins rideaux, la
lumière fit papilloter les yeux de Patou.
Sur une petite table, un dîner était prêt.
Patou passa là une nuit merveilleuse.
Quand le soleil se leva, Patou s'éveilla
et se dit qu'il était temps de fuir. Mais
déjà l'araignée l'étreignait de ses pattes
velues.
Il sentit au cou une piqûre, eut le temps
de se dire que cela valait bien la peine
et partit au paradis des araignées.
L'araignée mangea son fiancé de la
nuit et jeta dehors la carcasse qu'un
coup de vent emporta dans la plaine.
Quelques semaines plus tard naquit
une nuée de jeunes araignées qui
ressemblaient à Patou comme deux
gouttes d'eau.
Et il y en a qui ne savent pas encore
pourquoi Adam a croqué la pomme...

À suivre.
     

Texte de M. Gérard Marty de l’association Mémoire et Traditions en Périgord http://salverio.pagesperso-orange.fr/
 
 


Illustration Jacques Saraben
http://jacques-saraben.jimdo.com

     

Retorn a la pagina precedenta