Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Una femna (Une femme) - Docteur Boissel

 Una femna (Une femme) - Docteur Boissel

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 
Una femna

L’ai vista passar mas nascuda,
Auriatz dit un petit ausèl
De talament qu’èra menuda,
Capelada d’un blanc mantèl.

L’ai vista passar : sas soquetas
Fasent trentinar lo camin,
Emb son cabàs, dejà grandeta,
Veniá d’apréner a legir.

L’ai vista passar : sus las pòtas
Aviá son rire de vint ans,
E sos uelhs metián las barbòtas
Dins lo cur de mai d’un galant.

L’ai vista passar dins l’alèia
Que i avián facha sos amics
Lo jorn que dintret dins la glèia,
Al braç d’aquel qu’aviá causit.

L’ai vista passar que purava,
A la man portant de las flors,
Al cementèri se’n anava :
Era veusa dumpuei ueit jorns.

L’ai vista passa consolada,
N’aviá pus los uèlhs grumilhós,
Mès una pel enfarinada,
Que sintiá, fotre, bien al bon !
  Une femme

Je l’ai vu passer sitôt née,
On aurait dit un petit oiseau
Tellement elle était menue,
Vêtue d’un manteau blanc.

Je l’ai vu passer : ses petits sabots
Faisaient résonner le chemin.
Avec son panier, déjà grandette,
Elle venait d’apprendre à lire.

Je l’ai vu passer : sus les lèvres
Elle avait son rire de vingt ans,
Et ses yeux mettaient des idées folles
Dans le coeur de plus d’un galant.

Je l’ai vu passer dans l’allée
Que lui avait faite ses amies
Le jour où elle entra dans l’église,
Au bras de celui qu’elle avait choisi.

Je l’ai vu passer, elle pleurait,
Portant des fleurs à la main
Elle allait au cimetière :
Elle était veuve depuis huit jours.

Je l’ai vu passer consolée,
Elle n’avait plus de larmes aux yeux,
Mais une peau « poudrée »,
Et qui sentait, ma foi, bien bon !
 
 

Daniel Boissel (biographie)

Mise en graphie normée et traduction de Jean-Claude Dugros

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta