Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Pauta de grifon (Patte de griffon) - Bernard Lesfargues

 Pauta de grifon (Patte de griffon) - Bernard Lesfargues

 
 

Écouter le poème lu par Jean-Claude Dugros :

Player

 
Pauta de grifon

Brageirac sens cap de torre
sens merlet e sens muralha
Brageirac ton auriflor
i a bon pauc que se miralha
floquejat dedins quela aiga
que se la beu la mar granda.
Pauta pauta de grifon
quala sòrt nos as getada !
Trèvi encara lei carrièras
que davalan dusc’a l’aiga
entre l’ombra d’una pòrta
e lo recòrd del pont vièlh.
Non mas vesi d’òmes mòrts
vestits d’un biais que m’assubta
lei cònsols del temps passat
leis uganauds d’un còp èra
deus rodièrs deus barricaires
deus pelans deus espasièrs
mas lei femnas que lavavan
lei telas finas d’Olanda
dins lei concas de lei fonts
aura mudas als cantons.
Pauta pauta de grifon
quala sòrt nos as getada !
Lei mòrts de totei lei guèrras
per degun jamai ganhadas
e perdudas per cadun
mòrts contra lo rei de França
e mòrts per la Republica
cubèrts de mossa verdassa
per mans se donen lors òsses
que cruississ’en se nosant
e diriatz ‘na procession
que vai dempuèi Logadoira
duscas a la Barbacana
Pauta pauta de grifon
quala sòrt nos as getada !
Marchi marchi e non m’entraupi
qu’amb deus mòrts que tròben pus
la vila ont èren nascuts.
E ieu me bòti a lei segre
trapi la man del darrièr
que dins son parlar reguèrgue
lei vocalas son de sang
e de fuèc lei consonantas
parla rena e repapieja.
Lei vius que nos environen
quitament nos auven pas.
Pauta pauta de grifon
quala sòrt nos as getada !
e tot suau non enfonham
dins lei fendas dins lei cròsas
nos plunham jos leis ostals
nos barram dins l’ombra freja
esperant que tòrne l’ora
soscant a nòstre auriflame
raivant a nòstre auriflor.
Pauta pauta de grifon
quala sòrt nos as getada !
A ! ragèsse encara un còp
linda l’aiga de lei fonts
e tornèsse ma Dordonha
portar naus portar gabarras…
  Patte de griffon

Bergerac sans une tour
sans merlon et sans muraille
Bergerac ton oriflamme
depuis longtemps se reflète
déchiquetée dans cette eau
qu’engloutira la mer grande
Patte patte de griffon
quel triste sort tu nous as jeté !
Je hante encore les ruelles
qui descendent vers la rivière
entre l’ombre d’une porte
et le souvenir d’un vieux pont.
Je ne rencontre que des morts
vêtus de façon surprenante
les consuls de l’ancien temps
les huguenots de naguère
des charrons des tonneliers
des gueux et des spadassins
et les femmes qui lavaient
les fines toiles de Hollande
dans les bassins des fontaines
muettes à présent au coin des rues
Patte patte de griffon
quel triste sort tu nous as jeté !
Les morts de toutes les guerres
jamais gagnées par personne
et perdues par tout le monde
morts contre le roi de France
et morts pour la République
couverts de mousse verdâtre
au lieu de mains tendent leurs os
qui craquent en se nouant
on dirait une procession
de la porte Lougadoire
jusqu’à la Barbacane
Patte patte de griffon
quel triste sort tu nous as jeté !
Je marche marche et me heurte
à des morts qui ne reconnaissent pas
la ville où ils sont nés.
Et je me mets à les suivre
je prends la main du dernier
qui dans son parler revêche
les voyelles sont de sang
et de feu sont les consonnes
parle grogne et rabâche.
Les vivants nous entourent
mais ne nous entendent pas.
Patte patte de griffon
quel triste sort tu nous as jeté !
Et sans bruit nous nous glissons
dans les fentes dans les trous
nous nous tassons sous les maisons
enfermés dans l ‘ombre froide
attendant que sonne l’heure
en songeant à notre oriflamme
et rêvant à notre bannière
Patte patte de griffon
quel triste sort tu nous as jeté !
Ah ! puisse-t-elle encore couler
limpide l’eau des fontaines
et ma Dordogne porter
des bateaux et des gabares…
 
 

Bernard Lesfargues, La brasa e lo fuòc brandal, Jorn, 2001, p. 149.

Mise en graphie normée et traduction de Bernard Lesfargues (biographie)

La brasa e lo fuòc brandal

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta