Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Lo trufaire (Le chercheur de truffes) - Méry de Bergerac

 Lo trufaire (Le chercheur de truffes) - Méry de Bergerac

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 
Lo trufaire

Que Pantoquet a bona mina,
Emb d’un bissac sus son esquina,
E damb sa truèja que rondina
Per fin d’obténer qualque grun !
Tots dos d’abora se’n van corre,
L’un menant l’autre per lo morre,
Se son levats que fasiá brun.

Se’n van ental cercar fortuna,
En trencant tota la comuna,
De Pech Redond a Comba Bruna,
En fugint rota e sendarèl :
Mès, a la bona cassenada
La sòla es bien lèu fonilhada
Per i culir lo botarèl.

Quel botarèl flor de la tèrra,
(N’an punt ental en Anglatèrra),
Negra, parfumada e sancièra,
Quò’s la trufa del Perigòrd :
Un plat de rei, jòia de taula,
Que fai florejar la paraula
E reviscòla un meitat mòrt !

Donc, Pantoquet, plen d’emportença,
A la truèja, per recompensa,
De blat d’Espanha un pauc la pensa.
E tot en i tocant lo nas,
Dins lo bissac bòta la trufa,
E puèi, davant lo vent que bufa,
Se’n vai pus lonh se permenar.

Quò’s dins l’ivèrn que quò se passa,
Lo meschant temps sovent menaça,
Mès Pantoquet jamai se lassa,
Marcha tot suau per ‘nar pus lonh :
Ne cranh ni la fred ni la pluèja,
Quand doçament mèna sa truèja,
De Comba Bruna a Pech Redond.

Qual bon mestier d’estre trufaire,
Quò minja e beu coma un sonaire,
E quò’s urós coma n’i a gaire…
Mès aura… que barri mon bec,
Puèi al cat que lenga dòni,
Car digun, ni mai Sent Antòni,
I porriá far damb Pantoquet !

Sent-Antòni, emb son capuchon,
Ne fasiá sos afars qu’a mèja :
Pendent que Pantoquet fai truèja,
Qu’acela, damb son parapluèja,
El n’aviá qu’un paure tesson !
  Le chercheur de truffes

Que Pantouquet a bonne mine,
La besace sur le dos,
Avec sa truie qui grogne
Pour obtenir un peu de grain !
De bonne heure, tous deux s’en vont courir,
L’un menant l’autre par le museau.
Ils se sont levés, alors qu’il faisait encore sombre.

Ils s’en vont ainsi chercher fortune,
En traversant toute la commune,
De Puyredon à Combrebrune,
En suivant route et sentier :
Mais sous les jeunes chênes propices,
Le sol est bientôt fouillé avec le nez
Pour y cueillir le champignon.

Ce champignon, fleur de la terre,
(Ils n’en ont point ainsi en Angleterre),
Noire, parfumée et saine,
C’est la truffe du Périgord :
Un mets de roi, une des joies de la table,
Qui fait fleurir le Verbe
Et ranime un demi-mort !

Pantouquet, donc, plein d’importance,
À la truie, pour récompense,
Donne un peu de blé d’Espagne.
Et tout en lui touchant le nez,
Dans le sac il met la truffe,
Et puis, devant le vent qui souffle,
S’en va plus loin se promener.

C’est en hiver que ça se passe,
Le mauvais temps souvent menace,
Mais jamais Pantouquet ne se lasse,
Il va lentement, pour aller plus loin :
Il ne craint ni le froid ni la pluie,
Quand il mène doucement sa truie,
De Combebrune à Puyredon.

Quel bon métier d’être chercheur de truffes,
Il mange et boit comme un sonneur,
Il est heureux comme il y en a peu…
Mais, maintenant, je vais fermer mon bec,
Et donner ma langue au chat,
Car personne, pas même saint Antoine,
Ne pourrait se mesurer avec Pantouquet !

Saint Antoine avec son capuchon,
Ne faisait qu’à demi ses affaires :
Tandis que Pantouquet possède une truie,
Que, pour l’abriter, il porte un parapluie,
Lui n’avait qu’un pauvre cochon !
 
 

Méry de Bergerac (biographie), Mes arlots, Bergerac, 1922, pp. 131-134

Mise en graphie normée et traduction révisée de Jean-Claude Dugros

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta