Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Lo Gal de la Peirona (Le coq de Peyroune) - Martial Rouby

 Lo Gal de la Peirona (Le coq de Peyroune) - Martial Rouby

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 
Lo Gal de la Peirona

I

Benlèu quò vos estona
Mès vòli vos parlar
Del gal de la Peirona
Qu’es un animalàs :
Polardas e poletas
Plaquèt sa bassa-cort,
Coifat d’una criqueta
I anava far la cor.


II

En mens d’una setmana
Pertot quò se sabiá :
De Belmont a Nauçanas :
De L’Orme a Sent Cassio…
Los gais e las agaças,
los mèrles, las puputs,
E totas las blagassas
Parlavan de res pus !


III

Quand sau’eron l’istoira
D’aquel fotut manant
Un tropèl de pintarras
Montèron un cancan…
Quò fasiá tombar d’onta
Las clocas d’alentorn ;
Quò arrestèt la ponta
Dins fòrça bassas-corts.


IV

I aviá ‘na quita craba
Que z’aviá remarcat,
Un ase recanava
A se’n estomacar,
Los piòts ne’n gordonavan,
Las aucas ne’n risián
E ‘nsemble se mocavan
D’aquel gal tan colhon.


V

En corrent sa criquèta
Que sap pondre ni coar,
Un ser tornèt sens cresta,
Un ser tornèt descoat…
La petita fripona
Lo renvoiava tard ;
Los uòus de la Peirona
Del còp si’èron clars !


VI

Sus aquò la Peirona
Di’èt al paure gal :
– Faràs la sopa bona
Lo jorn de Carnaval.
La sopa si’èt bona
E coma z’o meritat :
Lo gal de la Peirona
A finit de cantar !


VII

Sus aquela finala
Tiràs una leiçon
Tiràs una morala
De mon tròç de cançon :
L’òm i laissa la vita,
L’onor e la santat…
Quò’s çò que l’òm merita
Quand òm vai galopar.
  Le coq de Peyroune

I

Peut-être cela vous étonne
Mais je veux vous parler
Du coq de Peyroune
Qui est un sacré animal :
Poulardes et poulettes
Il plaqua sa basse-cour,
Entiché d’une criquette
Il allait lui faire la cour.


II

En moins d’une semaine
Cela se savait :
De Beaumont à Naussannes :
De Lolme à Saint Cassien…
Les geais et les pies,
Les merles, les huppes
Et tout ce qui « blagasse »
Ne parlaient de rien plus !


III

Quand ils surent l’histoire
De ce foutu manant
Un troupeau de pintades
Montèrent un cancan…
Cela faisait tomber de honte
Les poules couveuses d’alentour ;
Cela arrêta la ponte
Dans de nombreuses basses-cours.


IV

Il y avait même une chèvre
Qui l’avait remarqué,
Un âne ricanait
À s’en « estomaquer »,
Les dindons en glougloutaient,
Les oies en riaient
Et ensemble se moquaient
De ce coq si « couillon ».


V

En courant après sa criquette
Qui ne sait ni pondre ni couver,
Un soir il revint sans crête,
Un soir il revint sans queue…
La petite friponne
Le renvoyait tard ;
Les oeufs de Peyroune
Du coup seraient clairs !


VI

Là-dessus Peyroune
Dit au pauvre coq :
– « Tu feras la soupe bonne
Le jour de carnaval. »
La soupe fut bonne
Et comme il le méritait
Le coq de Peyroune
A fini de chanter !


VII

Sur ce final
Tirez une leçon
Tirez une morale
De ma petite chanson :
L’on y laisse la vie,
L’honneur et la santé…
C’est ce que l’on mérite
Quand on va galoper.
 
 

Martial Rouby (biographie)

Mise en graphie normée et traduction de Jean-Claude Dugros

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta