Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  La bergièra (La bergère) - Martial Rouby

 La bergièra (La bergère) - Martial Rouby

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 
La bergièra

Era un còp una bergièra,
Qu’anava gardar bien lonh.
Un lop la rondejava,
Un famós polisson,
Que l’auriá capinhada,
Sens pròva ni temon.
Mès son canhòt velhava,
E un ser n’aget besonh.
Sul monstre qu’aprochava
Te sautet coma un lion
E i esquicet sas cauças
De la cima jusc’a al fons.
Bergièra polideta,
Mascarà pas ton front.
Lo cur d’una bergièra
N’es pas per un fripon.
Amic coma tu, escota !
Aquel conselh es bon
Sul camin de la vita
I a totjorn un demon.
  La bergère

Il était une fois une bergère,
Qui allait garder bien loin.
Un loup rôdait autour d’elle,
Un fameux polisson,
Qui l’aurait tracassée,
Sans preuve ni témoin.
Mais son chien veillait,
Et un soir elle en eut besoin.
Sur le monstre qui approchait
Il sauta comme un lion
Et lui déchira les pantalons
D’un bout à l’autre.
Jolie bergère
Il ne tachera pas ton front.
Le coeur d’une bergère
N’est pas pour un fripon.
Ami comme toi, écoute !
Ce conseil est bon,
Sur le chemin de la vie
Il y a toujours un démon.
 
 

Martial Rouby (biographie)

Mise en graphie normée et traduction de Jean-Claude Dugros

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta