Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Mont Basalhac (Monbazillac) - Méry de Bergerac

 Mont Basalhac (Monbazillac) - Méry de Bergerac

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 

Mont Basalhac

La còsta del miègjorn que centura la plèna,
Ont lo solelh vos fai pus escarabilhat,
Onte un vin sens parelh de la jòia samèna.
Tan lonh ! Aquò’s Mont Basalhac !

Mont Basalhac, dont lo nom sòna
Una musica, e que nos dòna
De son vin blanc doç e rosset,
Per far de l’òr en gobelet !
Ne cranh gaire de luna rossa,
Aquí totjorn la vita es doça,
Petit país de grand renom
Es ben plan conegut de lonh !

Dins lo temps, son castèl mastat sus la colina
Coma-t-es lo molin pus lonh de Malforat,
Que regarda la plèna e d’amont la domina
Coma un senhor de Brageirac…
Quel castèl, disiam donc, abrita una capèla,
Ont pèras capucins, correires de camins,
Anaven plan sovent guidats per lor estèla
Per se far convidar a la taula d’amics.
Autres còps, mai qu’anuèch, la taula èra prezada ;
Los òmes d’aquel temps aimaven lo rinquet
Que dura de contunh, tota la serenada :
Sabiàn entremeslar lo beure e lo caquet !
Un ser donc, al castèl, i aviá ‘na granda fèsta :
Un tropèl d’invitats i bebiàn d’aquel vin
Que fai raiar los uelhs sens far virar la tèsta.
Demest eus, tot al cap de la toalha de lin,
Un pèra tonsurat, barbut, la pèl ardenta
Èra d’aise en gardant son aer de devocion ;
Quand portava son gòt a sa pòta lusenta
Auriàs dit que donava una benediccion !
Bon pèra capucin aimava la batalha
Senta, per desregar las anmas al demon,
Mès ne cujava pas un brigalh de ripalha :
Quò’s melhor per durmir que lo melhor sermon !
En d’un moment donat, portèren sus la taula
Una granda botelha a beure emb petits gòts ;
Lo mestre de maison, lòrs, prenguet la paraula
Per dire que veniá de darrer los fagòts,
Ont desumpuèi longtemps son pair l’aviá botada.
Emb belcòp d’autras, Diu mercés !

E lo pèra, l’anma tocada
Tastet un grun de chapelet
Car aviá ‘gut la tentacion
De plegar lo genolh, coma a l’adoracion !

Anguèron se coijar, la lenga un brin pastosa,
Quand aguèron ‘cabat la botelha podrosa.
Lo lendoman matin, lo pèra sentament
Disiá sa messa a la capèla,
E lo que la serviá qu’èra precisament
Lo mesma vailisson qu’arser a la candèla,
Voidava tant bien lo vin vièlh.
Quand arribèron al moment
Ont lo prestre, pregant lo cièl,
Apara lo calici al còl de la burèto,
Lo pèra damandèt, tot suau, sens dire pro :
– Diga dròlle, quò’s del mesma de la cachèta ?
– Òc, respondet quel quí. – Quò vai bien, fot-li tot !
E tanlèu, se virant del canton de l’autar,
Lo pèra vers la crotz ennautèt son uelh clar.

 

Monbazillac

La côte du midi qui ceinture la plaine,
Où le soleil vous rend plus vif, plus éveillé,
Où un vin sans pareil sème de la joie,
Si loin ! C’est Monbazillac !

Monbazillac, dont le nom sonne,
Une musique, et qui nous donne
De son vin blanc doux et doré,
Qui fait de l’or en gobelet !
On n’y craint guère la lune rousse, là,
Là, la vie y est toujours douce,
Petit pays de grand renom,
Certainement connu de loin !

Dans le temps, son château, perché sur la colline,
Comme plus loin se trouve le moulin de Malfourat,
Qui regarde la plaine et de là-haut la domine
Comme un seigneur de Bergerac…
Ce château, disions-nous, abrite une chapelle,
Où pères capucins, coureurs de chemins,
Allaient, très souvent, guidés par leur étoile
Pour se faire inviter à la table d’amis.
Autrefois, mieux qu’aujourd’hui, la table était appréciée ;
Les hommes de ce temps aimaient le banquet
Qui dure, sans arrêt, toute une soirée :
Ils savaient entremêler les libations et les conversations !
Un soir donc, au château, il y avait une grande fête :
Une foule d’invités y buvaient de ce vin
Qui fait briller les yeux sans faire tourner la tête.
Parmi eux, tout au bout de la nappe de lin,
Un père tonsuré, barbu, la peau cramoisie,
Béatement heureux, gardait son air dévot :
Quand il portait son verre à sa lèvre luisante,
On aurait dit qu’il donnait la bénédiction !
Bon père capucin aimait la guerre
Sainte, où il s’agit d’arracher les âmes au démon,
Mais il ne méprisait pas un brin de ripaille :
C’est meilleur pour dormir que le meilleur sermon !
À un certain moment on apporta sur la table
Une grande bouteille à boire dans les petits verres ;
Le maître de la maison prit alors la parole,
Expliquant qu’elle venait de derrière les fagots,
Où depuis longtemps son père l’avait placée
Avec beaucoup d’autres, Dieu merci.

Et le père, l’âme touchée,
Palpa un grain de chapelet
Car il avait eu la tentation
De plier le genou comme à l’adoration !

Ils allèrent se coucher la langue un peu pâteuse,
Quand ils eurent fini la bouteille poudreuse…
Le lendemain matin, le père saintement
Disait la messe à la chapelle ;
Et celui qui la lui servait était précisément
Le jeune domestique qui, la veille, à la chandelle,
Versait si copieusement le vin vieux.
Quand ils furent au moment
Où le prêtre, priant le ciel,
Tend le calice au col de la burette,
Le père demanda, doucement, sans dire «assez» :
– Dis, petit, c’est du même de la cachette ?
– Oui, répondit celui-ci.
– Ça va bien, f… le tout !
Et aussitôt, se tournant vers l’autel,
Le père vers la croix éleva son oeil clair.

 
 

Méry de Bergerac (biographie), Mes arlots, Bergerac, 1922, pp. 66-67

Mise en graphie normée et traduction révisée de Jean-Claude Dugros


Lo molin de Malforat

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta