Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Lo pòt de mèl (Le pot de miel) - Méry de Bergerac

 Lo pòt de mèl (Le pot de miel) - Méry de Bergerac

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 
Lo pòt de mèl

Un còp, ‘na joina costurièra
Faguèt un semblant de pecat,
En adobant la botonièra
A la culòta d’un soldat :

Gorle pecat de la pensada,
Teune pecat de tentacion,
Que dura non mas ‘na passada
E que perdona lo Bon Diu...

Coma–t–èra una brava filha,
Lo bel dimenc matin d’après,
Anguèt contar sa pecadilha,
En confession, a son curet.

« L’òrre pecat, la pecadassa,
Que te derrama la vertut !
L’absolucion que la petaça,
L’absolucion... n’es pas per tu ! »

E lo curat qu’ental cridava,
Era emmalit per tot de bon.
La paubra dròlla ne’n purava...
« Non, me faretz pas quel afront !

D’alhors, de ser, en recompensa,
Vos portarai qualque present,
E puei farai ‘na penitença... »
E lo curat deven plasent !

« Per ‘queste còp ! » Un pauc pus fièra,
Blanquida del pecat d’amor,
I portèt donc, la costurièra,
Un pòt de mèl lo mema jorn.

Gormand, lo curat s’aprepara
A gostar lo mèl saborós :
E se lecant la pòta, adara,
Ne pensa pus aus amorós.

Pren dolçament la topineta
Deissibra viste lo papièr...
Malediccion ! la plaça es neta,
I a res dedins... Sale mestièr !

Lo lendeman, tròba la dròlla
E l’agonisa coma fal :
– Me’n sovendrai, meschanta fòla,
Per que te sès mocada ental !

– De qué ? De qué ? fai la devòta...
– Era voide ton pòt de mèl !
– I aviá ponch res dins la culòta !
Respond la dròlla en clucant l’uèlh...
  Le pot de miel

Une fois, une jeune couturière
Fit un semblant de péché
En arrangeant la boutonnière
De la culotte d’un soldat :

Péché véniel de la pensée,
Léger péché de tentation,
Qui ne dure qu’une passade
Et que pardonne le Bon Dieu...

Comme c’était une brave fille,
Le dimanche d’après, au matin,
Elle alla confesser
La peccadille à son curé.

« L’affreux péché, l’énorme péché,
Qui altère ta vertu !
L’absolution, qui peut la raccommoder,
L’absolution... n’est pas pour toi ! »

Et le curé, qui criait ainsi,
Était en colère pour tout de bon.
La pauvre fille en pleurait...
« Non, vous ne me ferez pas cet affront !

Ce soir, d’ailleurs, en récompense,
Je vous apporterai quelque présent,
Et je ferai une pénitence... »
Et le curé devient aimable !

« Pour cette fois ! » Rassérénée
Et lavée du péché d’amour
La couturière lui porta
Un pot de miel le même jour.

Gourmand, le curé se prépare
À déguster le miel savoureux :
Se léchant les lèvres, maintenant
Il ne pense plus aux amoureux.

Il prend doucement le petit pot,
Déchire vite le papier...
Malédiction ! la place est nette,
Il n’y a rien dedans... Sale métier !

Le lendemain, il trouve la jeune fille
Et la gourmande comme il faut :
– Je m’en souviendrai, méchante folle,
Pour t’être moquée de moi !

– De quoi ! De quoi ! fait la dévote...
– Il était vide, ton pot de miel !
– Il n’y avait rien dans la culotte !
Répond la fille en clignant de l’oeil...
 
 

Méry de Bergerac (biographie), in Bernard Lesfargues, Florilège des poètes occitans du Bergeracois, 1961, pp. 72-73

Mise en graphie normée et traduction révisée de Bernard Lesfargues

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta