Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  Lo faure (Le forgeron) - Méry de Bergerac

 Lo faure (Le forgeron) - Méry de Bergerac

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 
Lo faure

Pan, pan ! Quò’s lo martel que fai tinlar l’enclume,
D’abora. Lo solelh d’estiu n’es pas levat.
Tira lo bufador, que la fòrja s’alume,
I a tant de ferraments qu’an besonh d’adobar !


Falt acabar d’abòrd una poncha de relha,
Un cotre torcegut e que n’a pus de talh ;
E puei a l’arair tòrt li cal virar l’aurelha,
Li remanglar l’esteva e ferrar l’apondal.

Pan, pan ! E lo martel vistament se bolega
Per amotlar lo fer que roge deven mòl.
Ne se pausa non mas quand lo fer caud se nega
E se planh en morint dins l’aiga d’un tinòl.

Fai nuech. Mès aquí vai manca pas de candelas :
Lo faure en se brandint, tal un demon en fuec,
Fai pleure a son entorn ‘na milhassa d’estelas,
Retalhons de solelh que raien dins la nuech.

Aimi dins la doçor de la nuech que s’acaba,
Faure, de ton martel a uvir tinlar lo son :
Sòna, cada matin, l’ora que desenclava
Lo jorn e lo trabalh, e fai fugir la som !
  Le forgeron

Pan, pan ! C’est le marteau qui fait tinter l’enclume
De bonne heure. Le soleil d’été n’est pas encore levé.
Tire le soufflet pour que la forge s’allume,
Il y a tant d’instruments qui ont besoin d’être réparés.

Il faut achever d’abord une pointe de soc,
Un coutre tordu et qui n’a plus de tranchant ;
Ensuite il faut tourner l’oreille de la charrue torse,
Lui mettre le mancheron et ferrer son tirant.

Pan, pan ! Et le marteau s’agite vivement
Pour assouplir le fer qui rougit et devient malléable.
Il ne se repose que lorsque le fer brûlant se noie
Et se plaint en mourant dans l’eau du baquet.

Il fait nuit. Heureusement qu’il ne manque pas de chandelles.
Le forgeron en s’agitant, tel un démon en feu,
Fait pleurer autour de lui des millions d’étoiles,
Rognures de soleil qui brillent dans la nuit.



J’aime, dans la douceur d’une nuit qui s’achève,
Forgeron, de ton marteau ouïr tinter le son :
Il sonne, chaque matin, l’heure qui libère
Le jour et le travail, et chasse le sommeil.
 
 

Méry de Bergerac (biographie), in Bernard Lesfargues, Florilège des poètes occitans du Bergeracois, 1961, pp. 64-65

Mise en graphie normée et traduction révisée de Bernard Lesfargues

Una fòrja

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta