Acuèlh  >  On a vu, lu, écouté  >  Poèmes en occitan  >  L’ora novèla (L’heure nouvelle) - Docteur Boissel

 L’ora novèla (L’heure nouvelle) - Docteur Boissel

 
 

Écouter le poème lu par Michel Caminade, de Sainte Sabine Born :

Player

 
L’ora novèla

Sonava mièjanuech, pleviá, lo vent bufava…
Lo bon doctor Balard, tranquillament roncava,
Èra tan las de córrer, e d’entendre badar,
Que tanlèu dins lo lièit, podiá pus remudar !
Lo serpent de mestier ! Se la nuèch èra nòstra,
Se podiàn, en durmint, far lo torn de la mòstra !
Mès lo petits nenets, sabi pas d’ont quò ven,
Fan coma los lapins… sòrten nonmàs la nuèch…

Pan… Pan !… Qualqu’un tustèt a la pòrta d’intrada ;
Lo doctor respondet per una rondinada,
E, ne sei pas segur, mès cresi que diguèt
Lo mot qu’un jorn Cambronne, aus Anglés respondèt !

… Se levèt tot parier, engulhet sas culòtas,
Vestiguet sa levita e coifet sa calòta,
E virant un afar per li veire pus clar,
S’en anguet damandar cu tustava tan tard !

Dubriguet : dabans el, dins lo vent e la plueja,
Un òme l’atendiá trempat coma una cieja…
« Se me venètz cercar per aquel brave temps
Quò’s ni per un onglat, ni per un mal de dent ? »

– « Non pas ! Veni, Mossur, vos quèrre per ma femna
Que dumpuei eimatin, estira la codena.
Se planh a tot moment que lo ventre li dòl,
E de l’auvir credar, i a de que venir fòl !
Vos seriatz ben parcit d’aquela permenada ?
Mès se me seguètz pas, doman sirá crebada ! »


– Quò’s un acochament, pardí, n’èri segur ! »
– Vòli pas vos fachar, mès vos trompatz, Mossur !
I aguet nonmàs sièis mes la setmana passada,
Que ma paura Maria, emb io es maridada ! »
– « Bon, penset lo doctor, se l’ai bien entendut
Dins mièja ora d’aicí serai chas un cocut ! »

Partiè’ren tot dos, jos l’aiga que tombava
L’autò, coma lo vent, peus camins rodilhava…
– Quò’s aquí, diguet l’òme, en d’aquela maison
Ont vesètz la lumièra alai, pel fenestron. »

Dintrèren : coma se lo diable l’escorjava,
Gafant son mochador, una femna credava.
Disiá : – « L’i tendrai pas, passarai pas la nuèch ! »
… E vos prometi que fenejava lo lièit !
Coma Mossur Balard n’aviá pas la causida,
Diguet : – « Quò sirá ren e sirá lèu garida !
Doas credadas de mai e quò sirá finit…
Preparatz çò que cal per vestir lo petit ! »


A ! ça mès, colhonatz, bradolhet lo paure òme
Que per se rescalfar, beviá dos dets de ròme…
– Zo vos ai desjà dit, que i a nonmàs sièis mes
Que nos sem maridats, e l’i compreni ren »
– … « E ! per comprene pas que quò’s l’ora novèla
Qu’es la causa d’aquò, cal estre bien padèla !
D’alongar cada jorn de doas oras de mai,
Una matin e ser comptatz çò que quò fai !
Au luec de calcular, se portatz de las banas,
Calculatz quant quò fai de jorns e de setmanas ? »



– Avètz rason, Mossur, sètz un grand medecin !
E la femna disiá res qu’emb los uelhs : Merci !
..............................

Defòra pleviá pus, lo soleh se levava…
Eran al mes d’abrial e lo cocut cantava !
  L’heure nouvelle

Minuit sonnait, il pleuvait, le vent soufflait…
Le bon docteur Balard, ronflait paisiblement,
Il était tellement las de courir, et d’entendre crier,
Qu’aussitôt dans le lit, il ne bougeait plus !
Foutu métier ! Si la nuit était à nous,
Si on pouvait, en dormant, faire le tour du cadran !
Mais les petits bébés, je ne sais pas d’où cela vient,
Ils font comme les lapins… Ils ne sortent que la nuit…

Pan… Pan !…Quelqu’un frappa à la porte d’entrée ;
Le docteur répondit par un grognement,
Et, je n’en suis pas sûr, mais je crois qu’il dit
Le mot qu’un jour Cambronne, répondit aux Anglais !


Il se leva cependant, enfila sa culotte,
Mit sa redingote et coiffa sa calotte,
Et tournant un bouton pour y voir plus clair,
Il alla demander qui frappait si tard !

Il ouvrit : devant lui, dans le vent et la pluie,
Un homme l’attendait, trempé comme une soupe…
« Si vous venez me chercher par ce « beau » temps
Ce n’est pas pour une onglée, ni pour un mal aux dents ? »

– « Non pas ! Je viens, Monsieur, vous chercher pour ma femme
Qui depuis ce matin, « étire la couenne ».
Elle se plaint à tout moment que le ventre lui fait mal,
Et de l’entendre crier, il y a de quoi devenir fou !
Vous vous seriez bien passé de cette promenade ?
Mais si vous ne me suivez pas, demain elle sera morte ! »

– « C’est un accouchement, pardi, j’en étais sûr ! »
– « Je ne veux pas vous fâcher, mais vous vous trompez, Monsieur !
Il y a eu seulement six mois la semaine passée,
Que ma pauvre Marie est mariée avec moi ! »
– « Bon, pensa le docteur, si j’ai bien entendu
Dans une demi-heure, je serai chez un cocu ! »


Ils partirent tous les deux, sous l’eau qui tombait
L’auto, comme le vent, dans le chemin ronflait…
– « C’est ici, dit l’homme, dans cette maison
Où vous voyait la lumière, là, au fenestron. »


Ils entrèrent : comme si le diable l’écorchait,
Mordant son mouchoir, une femme criait.
Elle disait : – « Je n’y tiendrai pas, je ne passerai pas la nuit ! »
– Et je vous promets qu’elle secouait les draps !
Comme Monsieur Balard n’avait pas le choix,
Il dit : – « Ça ne sera rien et elle sera vite guérie !
Encore deux cris et ce sera fini…
Préparez ce qu’il faut pour habiller le petit ! »

– « Ah, ça mais, vous plaisantez, bredouilla le pauvre homme
Qui pour se réchauffer, buvait deux doigts de rhum…
– Je vous ai déjà dit qu’il y a seulement six mois
Que nous nous sommes mariés, et je n’y comprends rien »
– « … Eh ! pour ne pas comprendre que c’est l’heure nouvelle
Qui est la cause de ça, il faut être bien sot !
En allongeant chaque jour de deux heures de plus,
Une le matin et une le soir, comptez ce que cela fait !
Au lieu de calculer si vous portez des cornes,
Calculez combien cela fait de jours et de semaines ? »

– Vous avez raison, Monsieur, vous êtes un grand médecin !
Et la femme disait rien qu’avec les yeux : Merci !
..............................

Dehors, il ne pleuvait plus, le soleil se levait…
On était au mois d’avril et le coucou chantait !
 
 

Daniel Boissel (biographie)

Mise en graphie normée et traduction de Jean-Claude Dugros

 
       
 

Retorn a la pagina precedenta