Imprimer la page Imprimer
Accueil > Métiers d'Art > Les Artisans d'Art et Artistes > Sophie Bourzeix, Céramiste

 Sophie Bourzeix, Céramiste

 
   

Parcours :
Un diplôme d’ingénieur et un doctorat en physique quantique ne me prédestinaient pas à la céramique. Mais l’éclatement de la « bulle internet » a mis fin en 2002 à ma carrière dans les hautes technologies. J’ai voulu faire ce qui me plaisait : fabriquer de beaux objets. Après des études de design j’ai voulu revenir à la pratique de la terre que j’avais connue enfant : j’ai travaillé dans l’atelier de la céramiste tchèque Jana Bednarkova, puis de la japonaise Yoshimi Futamura où j’ai appris le tournage suivant la méthode japonaise traditionnelle. Aimant les beaux émaux et la couleur, j’ai par ailleurs suivi de 2007 à 2009 les cours d’Helena Klug à Paris, où je me suis formée à la chimie et à la recherche des émaux de grès à haute température. Depuis 2009 j’ai quitté Paris avec mari et enfants et je vis en Dordogne où le calme et la verdure sont propices au travail de la terre.

 
   

Activité :
Je travaille des grès naturels de Puisaye, que je cuis à 1280°C. Il sont tournés, façonnés ou montés à la plaque. Je crée des formes simples, parfois aux courbes douces, parfois géométriques avec des ouvertures à travers lesquelles le regard peut jouer. Ce sont des objets utilitaires (bols, plats, saladiers), mais aussi des pièces décoratives : des vases, des boîtes, ou des objets sans fonction. Je recherche mes propres émaux, certains à base de cendres : des émaux mat ou veloutés.

 
   

Philosophie de la matière :
Le travail de la terre nécessite d’accepter la lenteur du temps. D’abord celui de la matière : ne pas brutaliser l’argile. Mais aussi la lenteur du potier : ses doutes, ses tâtonnements, ses aller-retour pour trouver sa voie.
Par ailleurs, chaque fois qu’on ouvre le four après une cuisson, c’est une surprise et une émotion : on ne sait pas ce qu’on va découvrir. C’est un moment magique et l’un des grands plaisirs du céramiste. On ne maîtrise jamais complètement une cuisson.
Pour travailler la terre il faut donc renoncer à la toute puissance, à la vitesse et au « tout tout de suite » qu’offrent internet et le téléphone portable. Abandonner les clics et les effleurements immatériels des écrans pour d’autres gestes qui modifient la matière et impliquent le corps. Lâcher prise pour laisser vivre la terre, les formes et l’imagination tout en essayant de garder une démarche contemporaine : voilà l’enjeu. J’en suis au commencement !

 
   

Sophie Bourzeix
Céramiste
La Rigaudie
24 140 Saint Hilaire d’Estissac
Tél : 06 87 86 29 04
Email : s.bourzeix@orange.fr

Atelier ouvert toute l’année sur rendez-vous

Galerie phi2 (merci d'appeler au 06 82 81 13 74 un peu avant de venir visiter la galerie)
55 rue Gabriel Reymond
24140 Villamblard

 

 

 
 

Retour à la page précédente