Accueil  >  Connaître le Bergeracois  >  Environnement  >  Faune de chez nous
Faune de chez nous
         

Le Roitelet (avec ses 5 à 6 grammes, il est le poids plume de nos contrées !) et le Troglodyte (9 g), le discret Accenteur mouchet ou encore le Bouvreuil, du genre farouche, peuvent être des visiteurs occasionnels de la mangeoire ou de ses environs immédiats.
Il peut aussi se produire, parfois, un débarquement de "Nordistes" qui, poussés par une vague de froid hors de leurs zones d'hivernage, s'installent chez nous en rangs serrés et sans crier gare ! Pensez alors à renouveler vos stocks de nourriture, le Gros-bec (un costaud de 55 g bien tassées, doté d'un bec dont la pression atteint 60 kg !),
le Pinson du Nord ou, plus exceptionnellement, le Jaseur boréal étant de gros mangeurs !

Pour en terminer avec cet inventaire à la Prévert, il convient de saluer les acrobates de la mangeoire et des pains de graisse pour la qualité du spectacle qu'ils peuvent nous offrir chaque jour : dans ce domaine, la mésange charbonnière et la bleue sont véritablement les reines… Aucune position, aussi inconfortable soit-elle, ne semble les effrayer pour atteindre leur but !
Et il vous arrivera peut-être de surprendre
la Sitelle torchepot, seul oiseau capable de descendre d'un arbre la tête en bas (essayez, juste pour voir), ou bien le Grimpereau, dont la spécialité est d'escalader les troncs en décrivant de rapides spirales…

Mésange charbo "C'est la Mésange charbonnière qui détient le record de fréquentation des mangeoires."

Bonne conscience...
Au fil de cette rubrique, nous reviendrons probablement un jour ou l'autre en détail sur les hôtes de nos jardins les plus spectaculaires… Mais, en attendant, installez au plus vite vos postes de nourrissage, en prenant soin de choisir une situation qui vous permette de profiter pleinement du spectacle depuis les fenêtres de votre maison bien chauffée. L'observation d'oiseaux qui se restaurent en toute quiétude est déjà un régal en soi, ou une sorte de récompense; on dit même qu'elle a une valeur thérapeutique…Elle est également le moyen le plus confortable de s'initier à l'ornithologie !

Il ne s'agit pas, bien entendu, de se donner bonne conscience, mais rappelons-nous tout de même qu'un couple de mésanges et sa couvée consomment bon an mal an de 12 à 18.000 chenilles ! Alors, à vos mangeoires, c'est pour la bonne cause ! Et que voilà un super plan pour permettre au poste de télévision de souffler un peu !

Gérard Lallemant

Quelques adresses utiles :
- Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO)
Corderie Royale - BP 263 - 17305 Rochefort Cedex

- "La Hulotte" (le journal le plus lu dans les terriers !)
08240 Boult-aux-Bois

- Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS)
BP 505 - 26401 Crest Cedex


Retour