Accueil  >  Connaître le Bergeracois  >  Environnement  >  Faune de chez nous
Faune de chez nous
 
       
Les Oiseaux face au Général Hiver !
 
 

Bouvreuil "Le Bouvreuil pivoine, superbe passereau de nos régions, mais très farouche."
 

Pour inaugurer cette nouvelle rubrique "Faune de chez nous" du site www.pays-de-bergerac.com, nous avons choisi de nous intéresser de près à tous ces petits oiseaux qui constituent la parure de nos bois, haies, prairies et jardins.

Mais, alors que l'hiver est solidement installé, cette parure semble bien fragile... Pour ces charmantes boules de plumes, la période actuelle est la plus difficile à traverser, la plus meurtrière. À nous de les aider à passer ce mauvais cap.

     
Face au Général Hiver…
Pour affronter le froid, la neige, le givre, certains oiseaux se préparent mieux que d'autres : ils muent juste avant le début de l'hiver, sachant que leurs plumes neuves, en se gonflant de manière optimale pour emprisonner l'air, les aideront à mieux se garder au chaud. D'autres ont la sagesse de faire des réserves, tels le Geai ou la Mésange. D'autres encore se rassemblent, comme les Moineaux, les Étourneaux ou les Pinsons; au sein de ces groupes, chaque individu trouve la chaleur et la sécurité (bien relatives, certes), tout en ayant accès aux informations concernant les sources de nourriture les plus proches, ou les plus faciles à atteindre.

Malheureusement, ces différentes stratégies ne sont parfois pas suffisantes pour affronter le "Poireau Hiver" ("poireau" étant, dit-on, le surnom dont on affuble les généraux dans l'armée de terre !), surtout lorsque, comme en décembre dernier, le thermomètre a flirté pendant plusieurs jours avec les -15°… C'est alors à nous, les humains, d'intervenir, et cela pour au moins quatre bonnes raisons :

1 Par temps froid, les oiseaux ont besoin d'un surplus de nourriture pour maintenir leur température corporelle aux alentours de 40°. Et même si le plumage constitue un excellent isolant, il ne peut empêcher une certaine déperdition de chaleur, en particulier pendant la nuit, toujours trop longue et froide.

2 Le gel, la glace, la neige (même si elle est rare chez nous) rendent la quête de nourriture plus difficile qu'en temps ordinaire, et les oiseaux dépensent donc beaucoup plus d'énergie. Ce qui va évidemment à l'encontre de ce qu'ils devraient faire, c'est-à-dire rester bien tranquillement au coin du feu…

3 L'avancement de l'hiver correspond à une raréfaction progressive - voire parfois à la disparition complète - des baies, graines et larves.

4 Et n'oublions que nos pauvres petites bestioles disposent de moitié moins de temps qu'à la belle saison pour la recherche de leur nourriture, les jours étant plus courts.

Bref, le constat est alarmant… Il nous faut donc, dès demain, se préoccuper du sort de nos petits compagnons à plumes. Il y a vraiment urgence !


Un plan ORSEC pour les oiseaux !

Nous reviendrons certainement un jour ou l'autre sur des mesures à plus long terme qui permettent d'attirer puis de "maintenir" dans son bout de jardin un grand nombre d'oiseaux : plantation de haies, d'arbres et arbustes à baies, pose de nichoirs, protection rapprochée… Mais, pour le moment, agissons : voici ce qu'il convient de faire, en urgence !

Point n° 1, installer une ou plusieurs mangeoires, que vous trouverez déjà montées ou en kits dans le commerce ou auprès d'associations de protection de la nature (1). Et si vous êtes un grand constructeur, laissez libre cours à votre imagination, mais en prenant soin d'utiliser des matériaux résistants aux intempéries et non traités - l'huile de lin est préférable à la peinture ou au verni.

Quelques impératifs à respecter : la mise en place doit se faire à l'abri du vent et de la pluie (l'orientation au Sud-Est est la meilleure), et en tenant compte de la présence dans les parages d'un terrible prédateur : le chat du voisin… ou le vôtre ! Un nettoyage régulier est essentiel, de manière à éviter la propagation de maladies.

Point n° 2, prévoir un abreuvoir, à proximité immédiate de la mangeoire - une coupelle peu profonde fera l'affaire. Vous êtes-vous déjà posé la question : comment font les oiseaux pour boire quand le gel a tout pris, la mare de votre voisin, l'étang ou le ruisseau près de chez vous, et jusqu'à la moindre flaque d'eau ? Il faut évidemment prendre soin de cet abreuvoir, à savoir le dégeler, le nettoyer et le remplir très régulièrement. Les oiseaux, qui meurent autant de soif que de faim en hiver, auront vite enregistré vos horaires de remplissage, avant que l'eau ne devienne glace !

Suite