Imprimer la page Imprimer
Accueil  >  Vos Communes  >  Église Neuve d'Issac
Mairie d'Église Neuve d'Issac

Église Sainte-Marie :
Ne nous laissons pas abuser par le nom du village! L'église est l'une des plus anciennes du canton. On connaît son existence depuis le XIIe siècle. Elle dépendait alors de l'abbaye de Charroux en Poitou.
Bien que plusieurs fois remaniée, il reste des témoins des constructions antérieures. Quatre modillons romans (sculptures qui semblent soutenir une corniche) ont été réintroduits dans les murs au XVe siècle, lors de la construction du clocher : deux visages d'homme, une tête de cheval et une de bélier.

Ce clocher mur est particulièrement intéressant. Il est triangulaire à quatre baies, et a conservé sa vieille cloche du XVIe siècle. Elle est belle, décorée de bas-reliefs et d'inscriptions «en belle gothique» écrit l'abbé Brugière, et datée de «l'an mil VCXXX». Les deux autres sont du XIXe siècle. La baie isolée au sommet ne contenait pas de cloche jusqu'à ce que l'abbé Guérin s'en soit ému au début du siècle. N'ayant pas les moyens d'offrir une vraie cloche, il en fit une en bois qu'il recouvrit de métal.

Levons la tête vers le clocher, une croix ancrée se détache au sommet. Juste au-dessous, mais difficile à voir d'en bas, une croix de Toulouse est sculptée sur le pignon ouest. De l'autre côté (pignon est), c'est une fleur de lis qui apparaît. Sous la croix, la terre occitane et le royaume de France réunis.

Au bas des rampants deux personnages nous observent : d'un côté un ours, de l'autre, un visage humain assez grossier. Il s'agit de la représentation (relativement courante dans les églises à partir du XIVe siècle) d'un des derniers grands mythes préhistoriques, «la légende de Jean de l’ours».
Aux angles de la corniche, on distingue quelques représentations d’animaux, dont un énorme crapaud.

Manifestation :

Fête votive le 1er dimanche d’août