Imprimer la page Imprimer
Accueil  >  Vos Communes  >  Cours de Pile
Mairie de Cours de Pile

   

Au sud du département de la Dordogne, en Périgord Pourpre, la commune de Cours-de-Pile se situe sur la rive gauche de la rivière, à 5 kilomètres du centre de la sous-préfecture Bergeracoise.
La commune compte 1611 habitants (population officielle au 1er janvier 2017) ; elle s'étend sur 1082 hectares entre la berge de la Dordogne et les premiers coteaux calcaires. Elle est limitée à l'ouest par une petite vallée, celle de la Conne.

     
 

Le milieu naturel

Culminant à plus de 100 mètres au sud de la commune au lieu-dit la Garenotte, le territoire communal s'étage progressivement jusqu'aux rives de la Dordogne à 30 mètres d'altitude.

Trois grands ensembles paysagers se distinguent :

La plaine alluviale.
En raison de la richesse de son sol, c'est une zone de prédilection pour l'agriculture.
De grandes parcelles à vocation céréalière et aussi quelques champs de tabac délimités par endroit par des haies constituent un paysage ouvert.
A l'ouest de la commune vers Bergerac, un habitat s'est développé sur cette plaine.
A l'est, entouré d'espaces boisés, le château de Pile constitue un site remarquable figurant sur le logo de la Municipalité.
Le lit de la Dordogne est bordé par des rives abruptes d'une vingtaine de mètres de dénivelée colonisées par des arbres de milieu humide (peupliers, aulnes, frênes, …).
Deux sites près du hameau de Migay permettent la mise à l'eau des barques pour s'adonner aux plaisirs de la pêche.

La terrasse.
Elle est séparée de la plaine alluviale par un talus de 10 à 15 mètres de dénivelée bien marqué par une zone boisée. L'habitat ancien et en particulier le bourg se sont implantés au sommet de ce versant. Depuis la plaine, cette position topographique particulière confère à l'église et au village un aspect imposant. D'une largeur de 1,5 kilomètre, la terrasse se caractérise par un paysage agricole ouvert entrecoupé de quelques haies.
L'activité agricole y est essentiellement céréalière mais on y rencontre quelques unités d'élevage et des vergers de pruniers. Cet espace a subi de longue date les pressions du développement urbain amenant dès le début des années 80 les élus locaux à se doter d'un plan d'occupation des sols.
Aujourd'hui la ligne de séparation entre l'activité agricole et le développement urbain est bien définie.
A l'est de la route du Coustinet, les terrains sont réservés à l'agriculture tandis qu'à l'ouest les terrains, en grande partie raccordés au réseau d'assainissement collectif, permettent l'implantation de nouvelles habitations.

Le coteau.
Il se situe dans la partie sud-est de la commune.
En sommet de coteau, au lieu dit la Garenotte, un îlot urbanisé et résidentiel jouit d'une vue magnifique sur la vallée de la Dordogne et sur le coteau d'en face qui porte le vignoble prestigieux de Pécharmant ainsi que sur le vignoble de Monbazillac et son célèbre château.
Les versants boisés représentent environ 10% du territoire communal. L'essence dominante est le chêne mais on y trouve aussi des bosquets de pin maritime.
Quelques prairies sont destinées à l'élevage mais l'essentiel de la forêt, appartenant à des particuliers, est voué à la promenade et à la chasse ou à la cueillette des champignons en automne.

     
Les services et les équipements

Les projets de développement