Imprimer la page Imprimer
Accueil  >  Vos Communes  >  Beauregard et Bassac
Mairie de Beauregard et Bassac

 

 

Chapelle romane de Bassac
Bassac est situé légèrement à l'écart de la vallée de la Crempse et de l'ancienne voie romaine qui allait de Vésone à Agen.
Lieu de culte païen il fut sacrifié par St Avit (450-518) qui y fonda un ermitage, près d'une fontaine.
Plus tard, vers l'an 1000, une église, dédiée à la Vierge Marie, fut bâtie.
Le porche est du XII siècle.
Au cours des siècles, les guerres de religion lui infligèrent de nombreuses destructions qui ont considérablement réduit son importance.
Le chœur, roman à l'origine, est devenu gothique.
Puis deux chapelles latérales furent ajoutées.

Elle devint église paroissiale et centre d'importants pèlerinages jusqu'à la Révolution qui interrompit le culte durant quelques années.
La paix retrouvée, les habitants de Bassac demandèrent son rétablissement. En 1894 un millier de pèlerins des paroisses voisines affluèrent avec leurs bannières pour honorer à nouveau en pèlerinage la Vierge de Bassac.
Depuis, chaque année, une petite assemblée fidèle perpétue ce souvenir, le premier dimanche de septembre en l'après-midi.
Dans le chœur, la Vierge vénérée est
une statue en pierre polychrome du XVIème siècle qui remplace la plus ancienne disparue ayant laissé le légendaire souvenir d'une Vierge Noire.

Elle tient l'Enfant Jésus sur son bas droit. A ses pieds une tête d'ange. Elle est souvent vêtue d'une robe brodée depuis le siècle dernier.
Deux retables du XVIIème et XVIIIème siècles dans chacune des chapelles latérales sont en attente d'une restauration urgente.
L'un en bois doré, l'autre polychrome, ce dernier est orné d'une Croix de Malte dont on recherche la motivation.
Tous deux possèdent des statues conservées en lieu protégé. On peut les voir à l'occasion de cérémonies notamment celles du pèlerinage annuel et des mariages ou baptêmes.
La famille d'Aubusson, qui habita pendant plusieurs générations le Château de Beauregard, possédait des biens à Bassac de 1520 au XVIIIème siècle.

Ce qui explique la découverte en 1986 lors de travaux dans l'église d'une litre avec cinq blasons de cette famille. Hélas ! Ils furent malencontreusement détruits au cours du sablage des murs. Seules des photos témoignent de cette découverte. Elles sont exposées aux endroits même qu'occupaient les blasons. Aux murs à l'intérieur, quelques traces d'une litre subsistent encore de chaque côté de la porte d'entrée sur la pierre de taille et dans le côté droit au chœur. Le chemin de Croix patiemment restauré en 1986 avait beaucoup souffert de l'humidité et de l'abandon. Bien que très fragiles,
ces lithographies qui témoignent de cet art au début du XIXème siècle, ont conservé leurs superbes couleurs.

Au fond du chœur les restes de l'autel en pierre de l'époque romane. Il fut très mutilé au XIXème siècle.
L'autel en bois, face aux fidèles, a été sauvé et rapporté d'Algérie par les Pères PINCOS et de SULAUZE conservé à Bassillac pendant quelques années, il a été offert à Bassac par le Père Michel VENTOSE en 1997.
Bassac vit naître en 1747 le géographe Pierre de BELEYME. D'après son acte de baptême on croit pouvoir dire qu'il a été baptisé dans cette petite église.

Retour