Imprimer la page Imprimer
Accueil  >  Culture, Sports, Loisirs  >  Culture  >  Association Les "Pesqueyroux"
Association Les "Pesqueyroux"
 


Exposition sur le barrage

 

Le temps des expos (1984-1988).

La mise en place de cette expo va structurer les années à venir et donner à l’Association son caractère particulier.
La première originalité des «Pesqueyroux» est d’avoir réussi à agréger autour des capraisiens un pôle de fidèles extérieurs à la commune comme Yann Laborie qui sera toujours présent pour fournir son aide compétente, l’architecte Jean-Loup Daele, garant de la partie technique, Josette Griffoul qui apporte la caution de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports en plus du sponsoring du Crédit Mutuel.

 
Une "Taoulade"
 

La deuxième originalité des «Pesqueyroux» est leur implication dans le tissu politico-associatif local : nombre de leurs membres sont des élus municipaux ou sont Présidents ou siègent au Conseil d’Administration d’autres associations. Cela les met en prise directe avec les élus (Maires, Conseillers Généraux ou Régionaux, voire même Députés) qui apporteront leur soutien et recevront en échange une modeste part de notoriété.

La troisième est de s’être doté d’une dimension culturelle qui, si elle suscite souvent de l’admiration, engendre parfois une certaine jalousie. C’est pour atténuer cet aspect élitiste que, dès 1985 l’Association organise une «Taoulado», un repas champêtre, ressuscite les feux de la Saint-Jean, lance la formule d’une brocante, et va jusqu’à organiser des quines.
Chaque exposition, en revanche, est un succès. Après «La batellerie» en 1984, une série de quatre manifestations va s’enchaîner : «La Dordogne d’un barrage à l’autre» pour le 80° anniversaire de la construction du barrage de Tuilières, en 1985, puis «Le canton de Lalinde en 1900», à base de cartes postales anciennes en 1986, suivi de l’«Architecture rurale du canton de Lalinde» en 1987 et enfin le «150° anniversaire du creusement du canal» en 1988. Ces réalisations sont de grande qualité mais les thèmes de recherche s’épuisent peu à peu.
Le volet culturel s’est épanoui en cinq ans avec les expositions. Le volet animation, malgré l’enthousiasme du bénévolat, est clos en 1989. Le troisième volet, la sauvegarde du patrimoine local, n’a cessé d’être une préoccupation de l’Association qui, dès 1985, se souciait de protéger la cale-sèche de Tuilières. Avec la fin des expos et après l’abandon des animations, la principale activité des «Pesqueyroux» sera la protection et la mise en valeur de tout ce qui avait trait à la Dordogne en général et à la batellerie en particulier.