Imprimer la page Imprimer
Accueil  >  Culture, Sports, Loisirs  >  Culture  >  Association Les "Pesqueyroux"
Association Les "Pesqueyroux"
 
 
Inauguration de la Stèle à Henri Gonthier
 

Des hommes, des idées.

Les «Pesqueyroux» ont vingt ans.
L’équipe des débuts a changé, mais peu. Parmi les membres fondateurs, la majorité des défections est due à des départs de la région : C’est le cas pour Marion Decoudun, Béatrice Desmartin et M. Roque. Deux autres personnes ont quitté le Bureau pour convenances personnelles : Jacqueline Clément en 1995 et Marie-France Gouze en 2001. Pour le reste, le record de longévité appartient à Régine Bouzounie-Doat au poste de Secrétaire depuis la création.

     
 
Présentation du Rapport Fargaudie
 

A côté de l’organigramme officiel que chaque assemblée générale annuelle entérine, se trouve une série de conseillers qui aident activement l’Association. Anne-Marie Cocula Vaillières, rencontrée à la Facultée de Bordeaux en 1982, a été la marraine des «Pesqueyroux» avant d’en devenir, lors de leur dixième Assemblée Générale, la Présidente d’Honneur.

       
 

Yann Laborie a, dés 1984, apporté le concours désintéressé de ses inépuisables connaissances en matière de batellerie. L’architecte Jean Loup Daele rejoint le groupe en 1987 à l’occasion de l’exposition sur l’architecture rurale du canton. André Goustat, enfin, est souvent sollicité depuis 1996.
C’est en effet en mai 1996 qu’une brèche s’ouvre dans le canal qui se déverse dans la Dordogne au niveau du Port de Lanquais. L’accident du Tour de France, en juillet 1964 avait eu pour conséquence la transformation du pont de Port de Couze et l’interdiction de toute navigation entre Mauzac et Saint-Capraise. Ce nouvel accident risquait d’être le coup de grâce pour le canal. Les «Pesqueyroux» qui s’étaient pris à rêver d’«une promenade…au rythme lent d’une gabare» risquaient de voir disparaître toutes leurs illusions. Ils s’engagent alors dans une action de longue haleine pour la restauration de l’ouvrage. Martine Tran, membre du Conseil Municipal depuis les élections de 1995 entre dans l’Association et devient membre du Bureau. Frédéric Gontier, Président depuis 1987 est élu de la commune au Syndicat Intercommunal du Canal de Lalinde. Ils seront les avocats de la réhabilitation du canal quels qu’en soient les frais.
Pour tous les membres, l’accident du Port de Lanquais induit une double prise de conscience : La protection du patrimoine batelier ne passe pas que par la sauvegarde de vestiges antiques. Il faut aussi s’engager dans une espèce de militantisme afin d’informer, de convaincre, voire d’influencer les pouvoirs locaux. L’Association ne doit pas se cantonner dans un rôle purement défensif, elle doit se faire connaître, se fédérer même avec d’autres organismes poursuivant des buts similaires. Le traumatisme de 1996 a pour conséquence la définition d’un ambitieux projet : La batellerie doit être rétablie sur le canal. Partant de là, le choix des méthodes et des alliés se fera de façon pragmatique.