Imprimer la page Imprimer
Accueil  >  Vos Communes  >  Pomport
Mairie de Pomport


Église Saint Pierre

Montcuq :
Montcuq a appartenu aux familles Pons et Rudel, seigneurs de BERGERAC aux XII et XIIIème siècle, qui construisirent la forteresse et le pont de BERGERAC. Mais leur puissance considérable disparut au milieu du XIVème siècle, BERGERAC devenant ville royale leur échappa, la juridiction de Montcuq fut réduite à douze paroisses et les d'Albret la possédèrent en droit, sinon toujours en fait de 1334 jusqu'au XVIème siècle.
 

 
Chapelle Saint-Mayme
 

Mais dès 1600 la seigneurie de MONBAZILLAC devint indépendante ; entraînant les paroisses de COLOMBIER et de SAINT-CHRISTOPHE, après la vente en 1535 de celle de ROUFFIGNAC au seigneur de Bridoire.
La châtellenie ne comptait dorénavant plus que 4 paroisses ; POMPORT, SAINT-MAYME, LE MONTEIL et ROUILLAC.

En 1620-1622 au cours de graves désordres entre les protestants et les forces royales, un des vassaux de Montcuq, le capitaine Montlong s'empara du vieux château et s'y retrancha, Frédéric de Foix, comte de Courssou n'y ayant jamais résidé !
Démantelé en 1628 sur l'ordre de Richelieu, Montcuq n'est plus que ruines quand il est occupé par les "croquants", la seigneurie et baronnie passent ensuite aux Gontaut Biron, par héritage en 1714, mais le vieux château fort ne figure pas à l'inventaire, quelques bâtiments étant encore debout en 1674 pour y "faire recette", un incendie aurait achevé la destruction entre temps. Elle sera ensuite vendue en copropriété à Louis de Brianson baron de Perrou et à Hilaire de Fonvielle seigneur de Monboucher en 1777.
Mais la révolution est proche et les privilèges et les droits seigneuriaux sont abolis : la seigneurie n'existe plus, cependant à la fin du siècle dernier on pouvait encore avoir une idée de l'allure générale du château ; de forme ovale, il s'étendait sur 100 m de long et 30 m de large, une terrasse de plusieurs mètres contournait le plateau, elle était entourée de fossés, vers 1900 les pans de muraille ne s'élevaient qu'à 1 m ou 1 m 50, ils ont été rasés depuis ; mais on a trouvé des haches de silex, des poteries romaines et des pièces de monnaie.

L’église Saint Pierre :
De structure romane, détruite pendant les guerres de religions fut relevée par la maison de Courssou de Caillevel. Le clocher a été relevé en 1904 et rappelle un ancien donjon quadrangulaire, crénelé, sommé d’une guérite, sorte de minaret de sobre élégance et d’aspect tout féodal.

Chapelle Saint-Mayme :
En revanche, l'ancienne paroisse de Saint-Mayme (avait pour patron Saint Maxime) qui partageait autrefois celle de POMPORT en deux, a toujours son église, détruite plusieurs fois mais qui a conservé son abside du XIème classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques avec son clocher mur.

La Salagre :
Selon la légende ; au temps des guerres anglaises, un gentilhomme de Saint-Mayme ayant trahi son suzerain le seigneur de Montcuq, ce dernier malgré la mort de son vassal rebelle fit raser le manoir et recouvrir les terres de sel ; si le nom de la Salagre (du latin saltun ager) est resté, le sel a disparu, peut être dans le ruisseau la Salègre qui traverse le domaine. Cette terre appartient aujourd’hui à la famille de SAINT EXUPERY.

Sanxet :
Repaire noble, ancien point d'appui anglais, avec sa tour d'angle, ses fenêtres à meneaux et son corps de logis hautement toituré, représente le type des gentilhommières périgourdines au XV ème siècle.
A l'entrée sont entassés des boulets de pierre taillés à la main. Ils ont été trouvés dans les champs environnants.

Château de Pécany :
Maison noble ayant appartenu aux de COURSSOU. Le manoir actuel, construit vers 1780 par Etienne Escot, négociant en Hollande, rentré à Pécany fortune faite, ne manque pas de pittoresque, "avec son corps de logis paré de poivrières, flanqué de deux bâtiments dont les façades donnent au sud sur une vaste prairie et au nord sur une cour entourée de dépendances".

Caillavel :
Maison noble avec sa chapelle encore debout.

La Gironie :
Ancien repaire noble ayant appartenu à la famille d'Alba.

La Birondie :
Vieux domaine qui a vu naître Blanche de Ferrière épouse de Julien Viaud dit Pierre LOTI.

Montlong :
Fief et repaire noble ancien. Les manuscrits Gaignère à la bibliothèque Nationale contiennent l’hommage rendu par le seigneur de «Mons longus» au roi d’Angleterre en 1273.


Les manifestations